Benoit Charette clôture une mission prolifique à New York

QUÉBEC, le 25 sept. 2019 /CNW Telbec/ - De retour au Québec après avoir participé à plusieurs activités de la Climate Week de New York et au Sommet Action Climat 2019 des Nations Unies, le ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, M. Benoit Charette, dresse un bilan positif de sa mission. Cette dernière lui aura fourni l'occasion de présenter les grands chantiers en cours au Québec visant à créer de la richesse tout en luttant contre les changements climatiques, et d'approfondir les relations entre le Québec et ses nombreux partenaires de l'action climatique.

Le ministre a amorcé sa mission en participant à l'un des événements affiliés au Sommet Action Climat des Nations Unis, intitulé « Leadership local pour le climat: solutions à l'urgence climatique ». Aux côtés d'autres dirigeants internationaux, le ministre était invité à présenter les actions du Québec visant la transition vers une économie résiliente et sobre en carbone ainsi que les mesures mises en œuvre pour soutenir financièrement les pays les plus vulnérables aux impacts des changements climatiques.

Le ministre Charette a profité de cette tribune pour annoncer une contribution du Québec de 3 M$ au Fonds pour l'adaptation de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, qui est le principal mécanisme financier en matière d'adaptation de l'accord de Paris. Ce fonds permet de financer des projets, notamment, dans les secteurs de la sécurité alimentaire, de la gestion de l'eau, de l'agriculture durable et de la gestion des zones côtières, afin d'aider les pays en développement à s'adapter et à renforcer leur résilience face aux conséquences des changements climatiques.

Dans le cadre d'un événement portant sur l'électrification des transports lourds, le ministre s'est ensuite adressé à une centaine d'intervenants des secteurs privé et public issus de ce domaine d'activité. Il y a résumé les actions du gouvernement pour favoriser l'électrification du transport routier des passagers et des marchandises au Québec, en plus de souligner l'évolution remarquable de sa filière industrielle de l'électromobilité. Il a également annoncé l'adhésion du Québec au défi Drive to Zero, qui regroupe plusieurs acteurs des gouvernements et entreprises nord-américains souhaitant travailler conjointement à accélérer l'arrivée sur le marché de véhicules lourds à faibles émissions de carbone. L'événement était coorganisé par le gouvernement du Québec, la Ville de New York et Calstart, l'organisme sans but lucratif à l'origine du défi Drive to Zero.

Lors d'entretiens, le ministre Charette a pu exprimer les priorités environnementales du gouvernement du Québec. La tarification du carbone, l'électrification de l'économie, les énergies renouvelables et la protection de la biodiversité, autant de secteurs dans lesquels le Québec possède une expertise reconnue, ont été au centre des discussions entre M. Charette et la présidente du California Air Resources Board, Mme Mary Nichols, et la directrice du Bureau sur la recherche et la planification du gouverneur de la Californie, Mme Kate Gordon.

Le ministre a également eu des échanges avec le gouverneur de la Californie, M. Gavin Newsom, et avec le gouverneur de l'État de Washington, M. Jay Inslee, avec le commissaire du Département de la conservation de l'environnement de l'État de New York, M. Basil Seggos, avec le président du Costa Rica, M. Carlos Alvarado, avec la gouverneure de l'État du Maine, Mme Janet Mills, avec la directrice générale par intérim de l'Office des Nations Unies à Nairobi, Mme Maimunah Mohd Sharif, avec la présidente de la New York League of Conservation Voters, Mme Julie Tighe, ainsi qu'avec le président de l'Association marocaine des présidents des conseils communaux, M. Mohamed Boudra.

Parmi les faits marquants de cette mission, soulignons la participation du ministre à la rencontre de la Coalition Under2 au cours de laquelle il a souligné le soutien financier de 125 000 $ du Québec au Fonds pour l'avenir, une initiative visant à encourager la participation de régions en développement à la Coalition.

On doit également souligner la participation du ministre au Carbon Forum North America, organisé par l'International Emissions Trading Association (IETA), en collaboration avec l'International Carbon Action Partnership (ICAP). Depuis 2008, le gouvernement du Québec est membre de cette dernière organisation dont la mission consiste à faciliter les échanges techniques sur les meilleures pratiques entourant la conception, la mise en œuvre et la liaison de marchés du carbone dans le monde. Le ministre Charette a vanté les mérites du marché du carbone Québec-Californie, qui permet à la fois de réduire les émissions de gaz à effet de serre de l'économie québécoise tout en permettant de lever des fonds pour financer la transition énergétique et climatique des entreprises et des ménages québécois. Les recettes du marché du carbone serviront notamment à la mise en œuvre du Plan d'électrification et de changements climatiques que le gouvernement compte présenter à la population dès le début de 2020.

Notons que le ministre Charette se dirigera sous peu vers Paris afin de donner le coup d'envoi à la première table ronde d'experts franco-québécois consacrée au marché du carbone et à la transition juste. La tenue de cette réunion concrétise la volonté exprimée par le président de la République française, M. Emmanuel Macron, et par le premier ministre du Québec, M. François Legault, en janvier 2019, de collaborer davantage en ce qui a trait aux enjeux environnementaux.

Citations :

« Le Québec dispose de nombreux atouts pour relever lui-même le défi de la transition vers une économie résiliente et sobre en carbone, mais également pour aider ses voisins à faire de même. C'est ce que j'ai fait valoir à New York. Notre énergie hydroélectrique, l'expérience acquise dans la mise en œuvre de notre marché du carbone et l'utilisation des revenus de ce marché pour financer notre transition énergétique et notre adaptation aux changements climatiques, suscitent un intérêt qui ne se dément pas à l'international. D'ailleurs, notre marché du carbone sera au cœur de la mission que j'entamerai dans les prochains jours, en France. »

Benoit Charette, ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques

« Consolidant son statut d'acteur crédible et responsable, le gouvernement du Québec est fier de s'allier à un vaste mouvement de solidarité internationale et de renforcer son action sur le terrain auprès des populations devant s'adapter aux impacts négatifs des changements climatiques. Je suis heureuse que nous puissions verser cette importante contribution au Fonds pour l'adaptation, dont les projets prioritaires dans les secteurs notamment liés à la sécurité alimentaire, à la gestion de l'eau, à l'agriculture durable, à la gestion des zones côtières, à la réduction des risques de catastrophe, au développement urbain et rural et aux forêts rapporteront des bénéfices bien réels à des pays qui doivent développer la résilience nécessaire pour face aux changements climatiques. Ce n'est plus une option, mais une priorité, voire une nécessité. »

Nadine Girault, ministre des Relations internationales et de la Francophonie


 

Sources :

Information :



Louis-Julien Dufresne

Attaché de presse

Cabinet du ministre

de l'Environnement et de la Lutte

contre les changements climatiques

Tél. : 418 521 3911

Relations avec les médias

Ministère de l'Environnement

et de la Lutte contre les changements
climatiques

Tél. : 418 521-3991 



Maéva Proteau

Attachée de presse

Cabinet de la ministre des Relations
internationales et de la Francophonie

Tél. : 418 454-1748



 









Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/September2019/25/c1146.html

Partager