Session d'automne dans les cégeps et les universités - La ministre Danielle McCann doit bouger rapidement

QUÉBEC, le 30 juin 2020 /CNW Telbec/ - Le député de Bonaventure et porte-parole du Parti Québécois en matière d'enseignement supérieur, Sylvain Roy, demande à la nouvelle ministre de l'Enseignement supérieur, Danielle McCann, de donner rapidement des garanties à la communauté étudiante collégiale et universitaire concernant la session d'automne, qui arrivera vite mais qui, pour l'instant, suscite de l'inquiétude et soulève de nombreuses questions.

EN BREF

  • Conséquence directe de l'incertitude reliée à la session d'automne, on note une diminution du nombre d'inscriptions dans les cégeps et les universités.
  • On doit s'assurer que le taux de décrochage ne suive pas une tendance inverse; pour ce faire, les cours en présentiel doivent être privilégiés.
  • Les modalités de la session d'automne doivent être mieux balisées, question de cohérence et de justice pour les étudiants.
  • Le gouvernement doit intervenir rapidement et rendre disponibles les sommes requises pour soutenir chaque étudiant en fonction de ses besoins.

Aux yeux du député de Bonaventure, l'improvisation et l'indécision ont assez duré. « Bien qu'il ait promis du soutien, le gouvernement caquiste tarde à annoncer ce qu'il entend faire pour l'enseignement supérieur au Québec. Des milliers d'étudiants collégiaux et universitaires se trouvent donc dans une situation financière précaire, et dans le flou quant à la prochaine rentrée scolaire. Même que selon un sondage de la Fédération des cégeps, 30 % des étudiants réfléchiraient à la possibilité d'annuler leur session, voire d'abandonner leurs études postsecondaires; on ne peut absolument pas laisser faire ça! », a-t-il déclaré, rappelant que dynamisme académique, taux de diplomation, ainsi que croissance et prospérité économiques sont des concepts intimement liés.

Sylvain Roy demande donc au gouvernement de préciser les modalités de la rentrée dans les cégeps et les universités, et d'assurer l'équité pour tous les étudiants du Québec. « On a besoin de cohérence. À l'heure actuelle, par exemple, le Cégep de Jonquière compte offrir une majorité de ses cours en présentiel, alors que celui de Saint-Jean-sur-Richelieu mise plutôt sur l'enseignement à distance. La ministre McCann doit mettre fin à ce système à géométrie variable. Au Québec, on doit offrir à chaque étudiant une chance égale de réussir, peu importe l'établissement qu'il fréquente ou la région qu'il a choisie », insiste-t-il. Le député souligne par ailleurs que les cours en présentiel sont à privilégier, car ils peuvent aider à réduire le décrochage. « La raison est simple : les cours à distance comportent encore et toujours de nombreuses lacunes et limites. »

Enfin, le Parti Québécois est d'avis que des investissements importants doivent rapidement être effectués dans l'aide financière aux études et les ressources en matière de soutien psychologique et académique. « On veut que les étudiants vivant des situations particulières reçoivent une aide adaptée à leurs besoins », a expliqué M. Roy.

Bref, la nouvelle ministre de l'Enseignement supérieur fait face à son premier test, et il lui faut agir dès maintenant. « La rentrée d'automne arrivera vite et, d'ici là, il y a beaucoup à faire. Danielle McCann n'a pas le loisir d'attendre; le parcours de plusieurs milliers d'étudiantes et d'étudiants est en jeu », a conclu le député de Bonaventure.

Cision Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/June2020/30/c3988.html

Share