« Nos solutions sont dans la nature » : Le ministre Benoit Charette invite la population du Québec à souligner la Journée internationale de la diversité biologique

QUÉBEC, le 22 mai 2020 /CNW Telbec/ - Malgré le contexte de la pandémie, le ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, M. Benoit Charette, invite la population à profiter de la Journée internationale de la diversité biologique, qui se tient aujourd'hui, pour réfléchir aux façons dont elle peut mieux protéger la nature à la maison, individuellement ou en famille.

Le thème de la Journée internationale de la diversité biologique 2020, fixé par l'Organisation des Nations Unies, nous rappelle que « nos solutions sont dans la nature ». En effet, les écosystèmes terrestres et aquatiques, lorsqu'ils sont en bon état, diversifiés et bien reliés entre eux, améliorent la capacité des humains à s'adapter à divers aléas naturels et aux changements climatiques, grâce à toutes les espèces et à la diversité génétique qu'ils renferment.

Puisque la nature constitue une protection pour l'humain, en plus de lui rendre de nombreux services, le ministre Charette propose quelques pistes pour la protéger, et ce, même à domicile. Dans une vidéo diffusée dans Facebook, il a invité les Québécoises et les Québécois à se doter d'un potager rempli de variétés locales de légumes, à planter des arbres et des arbustes indigènes sur leur terrain et à aider à détecter les espèces exotiques envahissantes en les signalant au Ministère.

La biodiversité du Québec est très riche. En effet, celui-ci abrite près de 40 000 espèces de plantes et d'animaux sauvages, des millions d'animaux domestiques et des plantations agricoles et horticoles de tous genres. On trouve au Québec une diversité d'écosystèmes au sein de plusieurs grandes entités naturelles, dont la toundra, la taïga, la pessière, la sapinière, la forêt feuillue et le fleuve Saint-Laurent.

La création et la saine gestion d'aires protégées est une approche essentielle au maintien de la biodiversité, et le gouvernement y souscrit. Au 31 mars 2020, le Québec comptait 167 394 km2 d'aires protégées, ce qui représente 10,04 % de sa superficie. Plus précisément, la protection terrestre et en eau douce couvre 161 776 km2, soit 10,70 %, alors que la superficie protégée en milieu marin s'étend sur 1,3 %, soit 1 957 km2. Quant au territoire du Plan Nord, il est protégé sur 11,81 % de sa superficie. Ainsi, au Québec, 4 892 sites naturels répondent à la définition d'une aire protégée.

Citation :

« Si la Journée internationale de la diversité biologique existe, c'est pour nous rappeler que la flore, la faune et les écosystèmes terrestres et aquatiques sont menacés de plusieurs façons, notamment - disons-le - par notre mode de vie. La perte de la biodiversité figure parmi les risques qui auront le plus d'impact sur nos sociétés au cours de la prochaine décennie. »

Benoit Charette, ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques

Faits saillants :

  • L'année 2020 devait être marquée par l'adoption du prochain Cadre mondial de la biodiversité, qui doit établir une nouvelle vision et de nouvelles cibles à atteindre à l'horizon 2030. Bien que cette étape soit repoussée à 2021, le gouvernement du Québec demeure fortement engagé dans les travaux internationaux de manière à y porter sa voix et celle des autres gouvernements infranationaux.
  • En matière d'aires protégées, le Québec vise à atteindre les cibles internationales prévues par le onzième objectif d'Aichi du plan stratégique 2011-2020 de la Convention sur la diversité biologique des Nations Unies, dont 17 % d'aires protégées en milieu terrestre et en eau douce d'ici la fin de 2020.
  • Avec l'annonce du Plan Nord le 8 avril 2015, le Québec s'est aussi engagé à atteindre la cible de 20 % d'aires protégées d'ici 2020 sur le territoire visé par ce plan, dont au moins 12 % dans la forêt boréale au nord du 49e parallèle.
  • Le gouvernement du Québec s'est également engagé, dans sa stratégie maritime et conformément au onzième objectif d'Aichi, à atteindre la cible internationale relative au milieu marin. Il œuvre donc à la constitution, en concertation avec le gouvernement fédéral canadien, d'un réseau représentatif d'aires marines protégées couvrant au moins 10 % de l'estuaire et du golfe du Saint-Laurent.
  • Le siège du Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique est à Montréal.

Liens connexes :

Pour plus d'information sur la biodiversité au Québec : www.environnement.gouv.qc.ca/biodiversite/inter.htm.

Pour un exemple d'écosystèmes bien reliés entre eux (corridors écologiques) : www.natureconservancy.ca/fr/nous-trouver/quebec/notre-travail/changements_climatiques.html.

Source :

Information :


Louis-Julien Dufresne

Attaché de presse

Cabinet du ministre
de l'Environnement et de la Lutte
contre les changements climatiques

Tél. : 418 521‑3911

Relations avec les médias
Ministère de l'Environnement
et de la Lutte contre les changements climatiques
Tél. : 418 521-3991

 

Cision Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/May2020/22/c8951.html

Share