Projet de loi 9 - 18 000 dossiers d'immigration annulés : la CAQ doit tenir parole et faire marche arrière

MONTRÉAL, le 10 févr. 2019 /CNW Telbec/ - La députée de Saint-Henri-Sainte-Anne et porte-parole de l'opposition officielle en matière d'économie et d'immigration, Mme Dominique Anglade, et la députée de Bourassa-Sauvé et porte-parole de l'opposition officielle en matière de relations internationales et de francophonie, Mme Paule Robitaille, tiennent à faire part de leurs inquiétudes à la suite de la présentation à l'Assemblée nationale du projet de loi 9, Loi visant à accroître la prospérité socio-économique du Québec et à répondre adéquatement aux besoins du marché du travail par une intégration réussie des personnes immigrantes, dont la première mesure vise à annuler les 18 000 dossiers d'immigration déjà ouverts et qui touchent près de 50 000 personnes.

Le gouvernement devra non seulement rembourser 19 millions de dollars pour cette décision, mais il brisera également le rêve de nombreuses familles déjà établies au Québec, dont les parents travaillent et soutiennent l'économie québécoise et dont les enfants vont à l'école.

En campagne électorale, tous avaient pu réaliser que François Legault ne connaissait tout simplement pas le système d'immigration. Aujourd'hui, nous ne pouvons que constater qu'il ne connaît pas non plus la réalité de nombreuses familles qui ont tout quitté pour poursuivre leurs projets au Québec.

Rappelons que ce projet de loi jette également les bases à l'introduction du fameux test des valeurs de la CAQ, dont on ne connaît toujours aucun détail. 

« Le 29 janvier dernier, le premier ministre avait pourtant promis que ces 18 000 dossiers seraient traités. François Legault doit tenir parole et rappeler à l'ordre son ministre de l'Immigration. Le gouvernement doit faire marche arrière et revenir sur sa décision cruelle d'abandonner ces personnes. Ce sont des mères, des pères, des enfants et d'honnêtes travailleurs qui sont en attente d'un statut, ils sont parfois déjà bien établis au Québec et ils se font balayer le projet d'une vie du revers de la main par le gouvernement. Une chose est claire, à la Coalition avenir Québec, on ne prend ni soin de l'immigration ni soin de notre économie. »

Dominique Anglade, députée de Saint-Henri-Sainte-Anne et porte-parole de l'opposition officielle en matière d'économie et d'immigration

« Quel message le gouvernement envoie-t-il avec cette décision? Nous vantons le Québec à travers le monde pour attirer les meilleurs talents qui souhaitent immigrer ici. Aujourd'hui, le gouvernement du Québec les punit, même s'ils ont suivi toutes les règles et, du même coup, c'est la valeur de l'engagement du Québec qui est remis en question. La réputation du Québec à l'international sera inévitablement affectée. »

Paule Robitaille, députée de Bourassa-Sauvé et porte-parole de l'opposition officielle en matière de relations internationales et de francophonie

 

Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/February2019/10/c5641.html

Partager