Abolition annoncée de 2 500 postes chez Bombardier au Québec - Le ministre Boulet offre son soutien aux travailleurs touchés

QUÉBEC, le 8 nov. 2018 /CNW Telbec/ - Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie, M. Jean Boulet, est préoccupé par la situation annoncée par l'entreprise Bombardier, qui planifie abolir 2 500 postes au Québec.

Le ministre Boulet rappelle que des mesures sont en place pour accompagner tous les travailleurs qui seront licenciés.

Citation :

« Je suis très sensible au sort des travailleuses, des travailleurs et des familles qui sont touchés par la situation qui survient chez Bombardier. Nous ne laisserons pas ces personnes à elles-mêmes et nous nous assurerons que l'entreprise respecte ses obligations. Par l'intermédiaire des centres locaux d'emploi et des bureaux de Services Québec, nous offrirons un accompagnement pour permettre aux travailleurs de réintégrer le marché du travail. Ce faisant, nous nous assurerons que ces travailleurs reçoivent toute l'aide qui leur est nécessaire. 

De plus, nous analyserons la possibilité de mettre en place une série de mesures adaptées aux besoins spécifiques des travailleurs concernés du secteur aéronautique.»

Jean Boulet, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable
de la région de la Mauricie

Faits saillants :

  • Dès que le Ministère reçoit un avis de licenciement collectif, un contact est fait auprès de l'employeur afin de l'informer de ses obligations à l'égard de la Loi sur les normes du travail.
  • Lorsque le licenciement vise 50 salariés ou plus, l'employeur doit participer sans délai à la constitution d'un comité d'aide au reclassement ou convenir avec le ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale d'autres moyens équivalents ou supérieurs pour favoriser le maintien ou la réintégration en emploi de ceux-ci.
  • Le comité d'aide au reclassement est composé d'un nombre égal de représentants de l'employeur et des travailleurs, à moins que les deux parties en décident autrement.
  • Le comité d'aide au reclassement a pour mandat de fournir aux salariés visés par le licenciement collectif toute forme d'aide convenue entre les parties afin de minimiser les effets du licenciement et de favoriser le maintien ou la réintégration rapide sur le marché du travail de ces travailleurs.
  • Le Ministère effectue par la suite un suivi afin de vérifier si les travailleurs licenciés ont été en mesure de réintégrer le marché du travail ou s'ils participent à une mesure active d'emploi.
  • Que ce soit directement ou par l'intermédiaire d'un comité d'aide au reclassement, le Ministère soutient les travailleurs licenciés dans leurs démarches. Ces derniers peuvent se présenter à un centre local d'emploi ou un bureau de Services Québec, même s'ils n'ont pas encore été licenciés, et bénéficier de mesures et services du Ministère.

 

Source :

Renseignements :

Émilie Vallée

Attachée politique

Cabinet du ministre du Travail,

de l'Emploi et de la Solidarité sociale

et ministre responsable de la région

de la Mauricie

Tél. : 418 643-4810

Relations avec les médias
Direction des communications
Ministère du Travail, de l'Emploi
et de la Solidarité sociale
Tél. : 418 643-9796

 

Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/November2018/08/c5909.html

Partager