Encadrer la profession d'inspecteur en bâtiment - Le Parti Québécois veut que les acheteurs d'une nouvelle résidence soient en sécurité

QUÉBEC, le 13 mars 2018 /CNW Telbec/ - Dans le cadre de l'étude du projet de loi modifiant la Loi sur le bâtiment, le porte‑parole de l'opposition officielle en matière de travail, Guy Leclair, a demandé à la ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l'Habitation, Lise Thériault, d'y inclure des dispositions pour mieux protéger les acheteurs d'une nouvelle résidence contre les mauvais diagnostics d'inspection. Lors d'un point de presse à ce sujet, M. Leclair était accompagné de Mario Roy, président de la Corporation des inspecteurs vérificateurs en qualité de la propriété (CIVQP). Ensemble, ils ont réclamé l'encadrement de la profession d'inspecteur en bâtiment.

EN BREF

  • La ministre Lise Thériault doit légiférer pour encadrer la profession d'inspecteur en bâtiment; actuellement, n'importe qui peut prétendre en être un.
  • Les futurs propriétaires ont besoin de garanties lorsqu'ils font inspecter leur nouvelle résidence.
  • Un gouvernement du Parti Québécois prendrait les moyens pour garantir des inspections fiables, fournissant une information de qualité.

« La ministre Thériault a aujourd'hui l'occasion d'agir pour mieux protéger les acheteurs d'une nouvelle résidence. Alors que la Colombie-Britannique et l'Alberta ont déjà légiféré pour encadrer la profession d'inspecteur en bâtiment en rendant le permis d'exercice obligatoire, et que l'Ontario s'apprête à leur emboîter le pas, le gouvernement de Philippe Couillard, lui, s'enferme dans un silence gênant », a fait valoir Guy Leclair.

Au Québec, plus de 6 personnes sur 10 font appel à un inspecteur en bâtiment avant de conclure l'achat d'une nouvelle propriété. « En tant que législateurs, nous devons encadrer cette profession. À l'heure actuelle, n'importe qui peut se prétendre inspecteur en bâtiment; les risques de se faire flouer sont bien réels, autant pour les acheteurs que pour les vendeurs. À cette étape du processus d'achat, le plus important, c'est la confiance. Un gouvernement du Parti Québécois prendrait immédiatement les moyens pour garantir la fiabilité des inspections », a-t-il poursuivi.

« Légiférer semble toujours un processus pénible et insurmontable, jusqu'à ce qu'un cadre soit effectivement mis en place et devienne naturel. Aujourd'hui, il reste un dernier maillon faible auquel s'attaquer dans le processus d'achat et de vente de propriétés : celui de l'inspection du bâtiment. Nous souhaitons que les inspecteurs travaillent selon des normes claires et rigoureuses », a conclu Mario Roy.

 

Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/March2018/13/c4088.html

Partager