Chute mortelle d'un travailleur de Poséidon « Les poissons et crustacés » inc. au quai de Natashquan : la CNESST dévoile les conclusions de son enquête

SEPT-ÎLES, QC, le 6 déc. 2017 /CNW Telbec/ - Le 22 avril 2017, M. Norbert Landry, débardeur au service de l'entreprise Poséidon « Les poissons et crustacés » inc., a fait une chute sur le quai de Natashquan à partir d'une plateforme appartenant à l'entreprise Les Crabiers du Nord inc., lors du transbordement de la cargaison d'un bateau de pêche vers une semi-remorque. La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) retient comme principale cause de l'accident des lacunes dans la méthode de travail utilisée lors de la manutention.

Au Québec, depuis 5 ans, 45 travailleurs sont décédés après avoir fait une chute à un niveau inférieur. Dans la région de la Côte-Nord, 2 travailleurs ont perdu la vie lors de tels accidents.

Une chute de faible hauteur qui s'avère fatale

Le jour de l'accident, M. Landry et ses collègues s'affairaient à décharger la cargaison d'un bateau de pêche. Pendant l'opération, M. Landry déplaçait, à l'aide d'un crochet, une pile d'une vingtaine de bacs vides sur une plateforme utilisée comme débarcadère derrière une semi-remorque. En franchissant à reculons des obstacles sur la plateforme, la pile s'est mise à vaciller, entraînant le désengagement du crochet sur lequel le travailleur tirait avec force. M. Landry a alors été projeté vers l'arrière, jusqu'à la limite de la plateforme, d'où il est tombé, et sa tête a heurté le sol 1,02 m plus bas. Il est décédé au centre hospitalier trois jours plus tard.  

Deux causes expliquent l'accident

L'enquête a permis à la CNESST de retenir deux causes pour expliquer l'accident.

D'abord, le travailleur est tombé de la plateforme d'une hauteur de 1,02 m en tirant, à reculons, une pile de bacs vides utilisés pour le transport du crabe.

Ensuite, la méthode de travail utilisée pour manutentionner les piles de bacs vides a exposé le travailleur à un danger de chute. En effet, aucune méthode de travail sécuritaire n'était en place au moment de l'accident, notamment pour la gestion de la différence de niveau entre les deux planchers, la protection contre les chutes, la manutention des bacs, la hauteur maximale des piles de bacs vides à déplacer, ou pour promouvoir la manutention des piles par deux débardeurs à la fois.

La CNESST exige une méthode de travail sécuritaire

À la suite de l'accident, la CNESST a interdit l'utilisation de la plateforme appartenant à Les Crabiers du Nord inc. et a exigé de l'employeur, Poséidon « Les poissons et crustacés » inc., qu'il produise une analyse de risques pour déterminer les critères et les protections nécessaires pour construire une plateforme sécuritaire. La CNESST a aussi exigé de l'employeur Poséidon « Les poissons et crustacés » inc. qu'il élabore une méthode de travail sécuritaire précisant notamment les directives quant aux tâches et aux étapes des activités au quai, ainsi qu'un plan d'accueil et de formation pour les travailleurs. L'employeur est en voie de se conformer à toutes ces exigences.

Relativement à cet accident, la CNESST a délivré un constat d'infraction à l'employeur, Poséidon « Les poissons et crustacés » inc. Pour ce type d'infractions, le montant de l'amende varie de 16 645 $ à 66 183 $ pour une première offense, et il pourrait atteindre 330 918 $ en cas de récidive.

Comment éviter un tel accident

La CNESST rappelle que, par la loi, l'employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l'intégrité physique de ses travailleurs. Il a également l'obligation de s'assurer que l'organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l'accomplir sont sécuritaires. L'employeur et les travailleurs doivent faire équipe pour repérer les dangers et mettre en place les moyens pour les éliminer ou les contrôler.

Suivis de l'enquête

Afin d'éviter qu'un tel accident se reproduise, la CNESST transmettra le rapport d'enquête à l'Association québécoise de l'industrie de la pêche pour qu'une sensibilisation soit faite auprès de ses membres.

Pour en savoir plus

Rapport d'enquête : http://www.centredoc.cnesst.gouv.qc.ca/pdf/Enquete/ed004161.pdf.
Photo (libre de droits) :
http://cnesst.gouv.qc.ca/salle-de-presse/communiques/PublishingImages/poseidon.jpg.

La CNESST, votre porte d'entrée en matière de travail

La CNESST offre aux employeurs et aux travailleurs une porte d'entrée unique et une expertise intégrée en matière de normes du travail, d'équité salariale et de santé et de sécurité du travail. Sa structure de gouvernance est paritaire. Elle a notamment pour mission de gérer le Fonds de la santé et de la sécurité du travail, un fonds entièrement autofinancé dont elle est la fiduciaire.

Pour plus d'information, visitez notre site Web à cnesst.gouv.qc.ca et suivez-nous sur Facebook (facebook.com/cnesst), Twitter (twitter.com/cnesst) et LinkedIn (linkedin.com/company/cnesst).

 

Source :

Maxime Boucher, responsable des communications


CNESST


Tél. : 1 800 668-6789, poste 7852

 

Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/December2017/06/c6533.html

Partager