Avenir des immeubles hospitaliers excédentaires de Montréal - Le gouvernement du Québec répond aux préoccupations exprimées par le milieu

MONTRÉAL, le 25 sept. 2015 /CNW Telbec/ - Le ministre de la Santé et des Services sociaux, M. Gaétan Barrette, et le ministre des Transports et ministre responsable de la région de Montréal, M. Robert Poëti, font le point sur l'avenir des immeubles hospitaliers excédentaires du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) et du Centre universitaire de santé McGill (CUSM).

Rappelons que le gouvernement a d'abord statué sur la vente de certains des immeubles situés à l'extérieur du site patrimonial du Mont-Royal. Par ailleurs, l'Hôpital Royal Victoria et l'Hôtel-Dieu de Montréal, deux immeubles emblématiques situés dans le site patrimonial du Mont-Royal, conserveront leur caractère institutionnel.

Concernant l'Hôpital Royal Victoria, l'Université McGill a fait savoir au gouvernement son désir de l'acquérir pour le convertir à des fins de recherche et d'enseignement. Des études de faisabilité seront réalisées au coût prévu de 8 millions de dollars, montant financé conjointement par l'Université et le gouvernement du Québec. Un appel d'offres à cet effet vient d'être lancé. Quant à l'Hôtel-Dieu de Montréal, il n'est plus considéré excédentaire. Le gouvernement prévoit y installer un pôle santé regroupant des directions du ministère, des organismes sous son autorité ainsi qu'une super-clinique. L'Université de Montréal y installerait par ailleurs son École de santé publique.

L'édifice du 3700, rue Berri, ne fait pas partie des immeubles hospitaliers déclarés excédentaires. On y trouve l'Institut Raymond Deware, qui y continuera ses activités jusqu'à la mise en œuvre de son projet de relocalisation, ainsi que des bureaux administratifs vacants.

« Les consultations menées ont permis au gouvernement et à la Ville de Montréal de bien saisir l'ensemble des préoccupations exprimées par le milieu. Les projets de l'Hôtel-Dieu et de l'Université McGill généreront des bénéfices multiples. La santé publique, la communauté universitaire, les Montréalaises et les Montréalais pourront tous, d'une façon ou d'une autre, profiter des nouvelles vocations de ces immeubles », a fait savoir le ministre Barrette.

« Le projet de l'Université McGill et celui de l'Hôtel-Dieu représentent des occasions exceptionnelles de revitalisation urbaine. Notre gouvernement consolide ainsi les pôles de savoir et de rayonnement international de notre métropole. Nous agissons de cette façon en faveur de la collectivité et du développement de Montréal », a souligné le ministre Poëti.

 

Partager