Traverse Sorel-Tracy-Saint-Ignace-de-Loyola - Une augmentation inacceptable du tarif

QUÉBEC, le 26 juin 2015 /CNW Telbec/ - La députée de Vachon et porte-parole de l'opposition officielle en matière de transports, Martine Ouellet, le député de Richelieu, Sylvain Rochon, et le député de Berthier, André Villeneuve, dénoncent l'augmentation du tarif de la traverse Sorel-Tracy-Saint‑Ignace-de-Loyola.

En effet, depuis avril dernier, la Société des traversiers du Québec (STQ) a augmenté de 25 % le tarif de la traverse Sorel-Tracy-Saint-Ignace-de-Loyola pour l'utilisateur régulier avec voiture. « Le coût annuel pour ceux qui empruntent le traversier chaque jour pour aller travailler est passé de 2800 $, en 2014, à 3500 $, en 2015. Cette hausse est complètement déraisonnable. Le premier ministre avait pourtant promis, en décembre dernier, qu'il n'y aurait plus aucune augmentation des tarifs au-dessus de l'inflation. Ceci est une autre démonstration claire que ce gouvernement ne respecte pas ses engagements, et que les travailleurs et les travailleuses doivent en payer le prix », a déclaré Martine Ouellet.

« Quotidiennement, au moins 150 personnes prennent le traversier pour aller travailler chez Rio Tinto Fer et Titane ou Alstom, à Sorel‑Tracy. Cette hausse du tarif créera un immense trou dans le budget de ces travailleurs. Pour expliquer sa décision, la STQ parle d'un "ajustement"; c'est inacceptable! C'est plutôt un choc tarifaire que vient d'imposer le gouvernement aux familles de la région », a ajouté André Villeneuve.

« En dix ans, la facture de traversier pour les travailleurs de la région est passée de 1500 $ à 3500 $. Franchir le fleuve Saint-Laurent est devenu, au fil du temps, un fardeau financier pour certaines familles. Plusieurs d'entre elles ont fait le choix de s'installer sur l'une ou l'autre des rives en fonction d'un service de traversier abordable. Le traversier est devenu, pour ces familles, un service essentiel; ce n'est pas un moyen de transport comme un autre. Cette augmentation du tarif aura un impact considérable sur le budget des gens concernés », a conclu Sylvain Rochon.

 

Partager