« À la veille de la Fête nationale, la guillotine libérale tombe partout ! » Amir Khadir

MONTRÉAL, le 23 juin 2015 /CNW Telbec/ - Le député de Mercier, Amir Khadir, dénonce vivement les compressions, annoncées à la veille de la Fête nationale, de 2,5 millions $ imposées au Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) et d'une réduction de 25% des services d'intégration offerts aux nouveaux arrivants.

« Ce sont des compressions qu'on peut qualifier de sauvages », déplore Amir Khadir.

La décision-surprise de la ministre David fragilisera les programmes de base du CALQ, déjà victimes de sous-financement chronique. Du même coup, des dizaines de postes seront supprimés à la Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BANQ), organisme-phare du milieu culturel québécois.

« À la veille de la Fête nationale, ces compressions sont une mauvaise blague ! Demain, nous allons célébrer le patrimoine culturel du Québec et notre sentiment d'appartenance collective en pensant aux dernières victimes de l'austérité libérale. Non content de s'attaquer aux pauvres, aux travailleurs et travailleuses ou aux enfants dyslexiques dans les écoles, le gouvernement Couillard semble déterminé à mettre la hache partout, que ce soit dans le cœur créatif du Québec ou dans l'accueil aux immigrants. Diminuer l'apport du gouvernement par des mesures d'austérité, c'est affaiblir notre rayonnement et l'attachement des immigrants à notre culture commune » explique le député de Québec solidaire.  

« Quand on connait le scandale des largesses libérales réservées aux firmes pharmaceutiques, comme nous l'apprenions aujourd'hui avec l'annonce de subventions de 4,8 millions de dollars à Pharmascience, ces nouvelles sont révoltantes. D'autant plus qu'on sait que les fonds transférés par le fédéral sont passés de 104 millions $ en 2000 à 340 millions $ en 2015 et que les dépenses du Québec en matière d'intégration et de francisation n'affectent pas le trésor public », conclut Amir Khadir.

Les compressions annoncées aujourd'hui se rajoutent à d'autres coupes affectant les conseils régionaux de la culture, mettant en relief le malaise des libéraux face aux régions, déjà aux prises avec la fermeture des CRÉ, des CLD et des Carrefours Jeunesse-Emploi.

 

Partager