Données ouvertes - Le gouvernement du Québec et les villes de Québec, Montréal, Gatineau et Sherbrooke adoptent une licence commune d'utilisation

QUÉBEC, le 19 févr. 2014 /CNW Telbec/ - Le ministre responsable de l'Administration gouvernementale et président du Conseil du trésor, monsieur Stéphane Bédard, a dévoilé aujourd'hui, en présence des maires de Québec, Montréal, Gatineau et Sherbrooke, une entente prévoyant l'adoption, dans un esprit d'ouverture et de collaboration, d'une licence commune d'utilisation de leurs données ouvertes. Cette annonce s'inscrit dans la foulée de la 3Journée internationale des données ouvertes qui aura lieu le 22 février.

Le gouvernement du Québec et les administrations municipales déjà engagées dans une démarche de gouvernement ouvert ont ainsi adopté la toute nouvelle version 4.0 de la licence Creative Commons. Au plan international, cette version est reconnue comme l'une des moins restrictives quant aux droits d'utilisation des données ouvertes tout en protégeant les droits d'auteur. En ce sens, le Québec fait figure de proue relativement aux licences utilisées ailleurs dans le monde.

« Nous posons aujourd'hui un geste commun important en faveur du gouvernement ouvert. L'utilisation d'une licence harmonisée de données ouvertes avec les villes est essentielle puisqu'elle permet la standardisation et la compatibilité de nos données respectives. La diffusion proactive de l'information gouvernementale fait partie des solutions concrètes pour lutter contre la corruption et rétablir la confiance des citoyens envers leurs institutions », a déclaré le ministre Bédard.

Standardisation de jeux de données

En plus de la nouvelle licence, les grandes villes et le gouvernement du Québec s'engagent à standardiser leurs jeux de données afin de favoriser un accès simplifié aux développeurs et faciliter la conception d'applications universelles réutilisables par les citoyens. À titre d'exemple, des applications développées à partir des données ouvertes de la Ville de Gatineau telles que la localisation des stationnements ou des travaux routiers en cours pourront être fonctionnelles dans chacune des autres villes.

« En 2011, la Ville de Québec entreprenait, en collaboration avec le regroupement Capitale Ouverte, une démarche de revalorisation de ses données publiques qui a mené, en février 2012, au lancement de son portail de données ouvertes. Plus de 50 jeux de données y sont actuellement disponibles sur des sujets aussi variés que les grands événements, les bornes de stationnement ou les réseaux cyclables. C'est avec fierté que la Ville de Québec adhère, à l'instar de plusieurs autres administrations à travers le monde, au mouvement d'uniformisation de la licence d'utilisation et de standardisation des données ouvertes. Il est indéniable que cela permettra de créer encore davantage de richesse en facilitant le travail des développeurs : il n'aura jamais été aussi facile pour notre communauté de concevoir des applications universelles ou d'effectuer une multitude de développements sur le Web », a souligné le maire de Québec, monsieur Régis Labeaume.

« J'ai bon espoir que l'adoption par nos villes d'une licence commune d'utilisation des données ouvertes multipliera les occasions de collaboration et ouvrira la porte à une exploitation encore plus poussée de ces précieuses données, qui sont à la base du concept de ville intelligente. D'ailleurs, le Bureau de la Ville intelligente et numérique que nous mettons sur pied accordera une place primordiale aux données ouvertes non seulement pour favoriser la transparence, mais aussi parce que ces données permettront de développer des applications souhaitées par les citoyens », a précisé le maire de Montréal, monsieur Denis Coderre.

« C'est dans une volonté de transparence que la Ville de Gatineau est heureuse de participer à l'entente d'une licence commune d'utilisation des données ouvertes. Gatineau a ouvert son portail de données en janvier 2013 pour répondre davantage aux attentes des citoyens et pour faire un pas de plus vers la transparence dans les activités municipales. Je suis heureux d'annoncer que Gatineau est la première ville au Québec à rendre disponible sur son site Web l'information sur les dépenses électorales des élus, dans un format accessible et réutilisable », a renchéri le maire de Gatineau, monsieur Maxime Pedneaud-Jobin.

« En ce début de 21e siècle, nous sommes résolument entrés dans l'ère du numérique. Je suis donc très fier que Sherbrooke soit associée à cette initiative d'avenir, en compagnie de ses pairs du milieu municipal et du gouvernement du Québec », a ajouté le maire de Sherbrooke, monsieur Bernard Sévigny.

Soutien aux développeurs

Dans le but de souligner l'adoption de la licence commune d'utilisation des données publiques, des hackathons auront lieu simultanément les 22 et 23 mars dans les villes de Gatineau, Québec, Montréal et Sherbrooke. Une bourse de 5 000$ sera remise dans chacune des municipalités. Les villes de Gatineau, Lévis, Longueuil, Montréal, Québec et Sherbrooke rendront disponibles leurs premiers ensembles de données standardisées à cette occasion.

Par ailleurs, le gouvernement du Québec et les villes participantes s'uniront pour accueillir la communauté des développeurs et les citoyens intéressés lors de la tenue d'un hackathon québécois qui se déroulera à Québec du 24 au 29 mars. Le gouvernement du Québec et les municipalités remettront alors un prix de 2 500 $ chacun pour la meilleure application développée pour un montant total de 12 500 $.

Le gouvernement ouvert

Rappelons que le gouvernement du Québec a adopté, à l'instar des précurseurs que sont les États-Unis et plusieurs pays d'Europe, les principes d'un gouvernement ouvert qui, grâce aux nouvelles technologies, permettent une plus grande transparence des données gouvernementales, une participation citoyenne plus active ainsi qu'une collaboration améliorée entre les employés de l'État.

À ce jour, 343 jeux de données ont été libérés sur le portail www.données.gouv.qc.ca. On y trouve notamment les données du Système électronique d'appel d'offres (SEAO), de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ), du ministère des Transports (MTQ), du ministère des Ressources naturelles (MRN) et du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). Le potentiel de réutilisation de ces données par la société civile va du développement d'applications conviviales et innovatrices à la recherche et développement ainsi qu'au data-journalisme.

Partager