Allocation de dépenses personnelles - L'État ne peut pas donner d'une main et reprendre de l'autre

QUÉBEC, le 19 févr. 2020 /CNW Telbec/ - Le député de Rimouski et porte-parole du Parti Québécois en matière de solidarité sociale et de services sociaux, Harold LeBel, ainsi que le député des Îles-de-la-Madeleine et porte-parole en matière de santé, Joël Arseneau, de concert avec plusieurs organismes communautaires, dont l'A-Droit et la COPHAN, réclament un ajustement immédiat au calcul de l'allocation de dépenses personnelles pour les personnes hébergées en ressources intermédiaires ou de type familial (RI-RTF). Ce matin à l'Assemblée nationale, ils ont d'ailleurs déposé une pétition en ce sens.

EN BREF

  • Pour sortir les prestataires de la solidarité sociale de la pauvreté, on a augmenté leur chèque mensuel, mais les personnes hébergées en RI-RTF écopent; en haussant les loyers, la RAMQ détourne cet argent à son profit.
  • Il est inadmissible que l'État reprenne d'une main ce qu'il a voulu faire croire qu'il donnait de l'autre.
  • Le gouvernement de la CAQ doit revoir immédiatement le calcul de l'allocation de dépenses personnelles pour ces personnes vulnérables.

Le Plan d'action gouvernemental pour l'inclusion économique et la participation sociale 2017-2023 visait à sortir 100 000 personnes de la pauvreté; malheureusement, certaines des mesures qu'il contient viennent faire l'exact contraire. « À l'époque, les prestataires de la solidarité sociale vivant dans une RI ou une RTF - souvent des personnes aux prises avec une déficience intellectuelle, un handicap ou un trouble du spectre de l'autisme - avaient été ravis d'apprendre que l'État allait bonifier leur allocation pour dépenses personnelles. Or, je vous laisse imaginer leur surprise et leur déception quand ils ont réalisé que ces quelques dollars iraient directement dans les poches de la RAMQ, qui en a profité pour augmenter leurs loyers! », a résumé Joël Arseneau.

En effet, d'un côté, le gouvernement a bonifié l'allocation de 73 $ par mois en 2018. De l'autre, la RAMQ a jugé bon de hausser les loyers mensuels en RI-RTF d'une somme presque équivalente. Une directive a temporairement pallié le problème, mais elle n'a pas été reconduite. Résultat, en 2019, ce fut encore pire; certaines personnes ont même vu diminuer leur allocation de plusieurs dizaines de dollars! 

Le député de Rimouski demande au gouvernement de faire preuve d'empathie. « On ne parle pas de sommes astronomiques! Pour l'État, elles sont négligeables. Mais elles sont significatives pour ces quelque 8000 personnes vulnérables. L'anomalie doit être corrigée maintenant; d'ailleurs, en 2018, le François Legault que je connais dénonçait cette injustice », a-t-il rappelé.

François Winter, porte-parole de l'A-Droit, abonde dans le même sens : « Près de 1600 personnes demandent aujourd'hui au gouvernement du Québec de respecter ses politiques gouvernementales envers les personnes les plus vulnérables de notre société. L'allocation pour dépenses personnelles doit être augmentée; c'est une question d'équité », a-t-il réclamé.

Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/February2020/19/c1715.html

Partager