Maintien de 1 000 emplois au Centre d'électrolyse Ouest d'Arvida et important potentiel d'investissement au Saguenay-Lac-Saint-Jean à l'horizon 2025

Le gouvernement du Québec renouvelle son partenariat avec Rio Tinto Aluminium

SAGUENAY, QC, le 24 juill. 2018 /CNW Telbec/ - Dans un contexte mondial où le marché de l'aluminium est incertain, le gouvernement du Québec et Rio Tinto Aluminium ont convenu de renouveler leur partenariat en actualisant certains paramètres de l'entente qu'ils ont conclue en 2006. L'entreprise procédera ainsi à une mise à jour de son programme d'investissement au Saguenay-Lac‑Saint‑Jean et étudiera la possibilité de réaliser, dans ses installations régionales, différents projets stratégiques à l'horizon 2025, dont la valeur combinée totalisera plus de 710 millions de dollars.

De plus, cette entente permet la prolongation, jusqu'en 2025, des activités du Centre d'électrolyse Ouest d'Arvida ainsi que le maintien des 1 000 emplois qui y sont liés.

La vice‑première ministre, ministre de l'Économie, de la Science et de l'Innovation et ministre responsable de la Stratégie numérique, Mme Dominique Anglade, accompagnée du député de Dubuc et adjoint parlementaire du premier ministre pour la région du Saguenay-Lac‑Saint‑Jean, M. Serge Simard, en a fait l'annonce aujourd'hui.

Par ailleurs, l'entente vise le maintien et la prolongation d'engagements de Rio Tinto, tels que la poursuite des activités, jusqu'en 2025, du Bureau de développement économique régional afin de promouvoir le développement industriel de la région du Saguenay-Lac‑Saint‑Jean et des autres régions du Québec où l'entreprise possède des installations. Rio Tinto continuera aussi de rendre disponible annuellement un volume d'aluminium afin de favoriser la réalisation de projets de transformation d'aluminium au Québec. De plus, le Centre de recherche et de développement Arvida poursuivra ses activités de recherche et d'innovation destinées au secteur de l'aluminium.

L'entente comprend également des modifications au contrat d'énergie entre Rio Tinto et Hydro-Québec, afin notamment d'y intégrer un mécanisme visant une meilleure prise en compte des enjeux liés aux surplus d'électricité. Soulignons entre autres que Rio Tinto  augmentera sa consommation d'électricité en utilisant le plein potentiel des bouilloires électriques de la raffinerie d'alumine Vaudreuil.

Citations :

« Alors que la croissance de l'industrie mondiale de l'aluminium est menacée par le protectionnisme américain et la surcapacité de production d'aluminium, nous actualisons aujourd'hui notre entente avec Rio Tinto, laquelle tient compte de la situation actuelle de l'industrie. Ainsi, nous avons notamment convenu d'une mise à jour du programme d'investissement de l'entreprise afin qu'elle puisse planifier des projets d'investissement qui ne seront plus limités à l'augmentation de la capacité de production d'aluminium, comme c'était le cas dans l'entente conclue en 2006. En effet, les projets réalisés devront plutôt permettre de créer des emplois de qualité et d'engendrer des investissements importants en vue de stimuler davantage la vitalité économique de la région du Saguenay-Lac‑Saint‑Jean et de tout le Québec. Nous misons sur de tels projets pour assurer la réussite des objectifs définis dans la Stratégie québécoise de développement de l'aluminium, lesquels visent notamment à stimuler la croissance de notre filière industrielle québécoise et son rayonnement à l'international »

Dominique Anglade, vice‑première ministre, ministre de l'Économie, de la Science et de l'Innovation et ministre responsable de la Stratégie numérique

« Le Québec a de quoi être fier de ses ressources énergétiques, telles que l'hydroélectricité, qui constitue l'une de ses forces. Grâce à cette entente renouvelée, les trois bouilloires actuelles de la raffinerie d'alumine Vaudreuil seront désormais alimentées à partir d'énergie électrique uniquement, ce qui permettra de réduire l'émission de gaz à effet de serre et de valoriser l'utilisation de l'hydroélectricité, une énergie renouvelable que le Québec maîtrise mieux que quiconque à travers le monde. »

Pierre Moreau, ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, ministre responsable du Plan Nord et ministre responsable de la région de la
Gaspésie-Îles‑de‑la‑Madeleine

« L'industrie de l'aluminium est au cœur de l'ADN de la région du
Saguenay-Lac­‑Saint‑Jean. Cela dit, je suis convaincu que Rio Tinto déploiera tous les efforts possibles lors de la poursuite des activités du Centre d'électrolyse Ouest d'Arvida ainsi que de la planification des projets à venir afin d'assurer la croissance de cette industrie, qui génère des retombées économiques considérables pour le Québec et, plus particulièrement pour notre région. »

Serge Simard, député de Dubuc et adjoint parlementaire du premier ministre pour la région du Saguenay - Lac‑Saint‑Jean

« Dans le cadre du renouvellement du partenariat, l'entreprise Rio Tinto s'est engagée à améliorer la qualité de l'air aux environs du Centre d'électrolyse Ouest d'Arvida. Une telle initiative rejoint la vision de notre gouvernement en matière de lutte contre les changements climatiques et permettra au Québec de poursuivre son virage vers une économie plus verte. »

Isabelle Melançon, ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques

Faits saillants :

  • Rio Tinto Aluminium est une entreprise multinationale de l'industrie de l'aluminium, qui exploite principalement des mines de bauxite, des raffineries d'alumine et des usines d'électrolyse au Canada, en Australie et en Europe.
  • Au Québec, Rio Tinto génère quelque 4 650 emplois directs et 11 250 emplois indirects, dont près de 4 000 emplois directs et indirects dans la région du Saguenay-Lac‑Saint‑Jean. De plus, l'entreprise fait des affaires avec près de 1 000 fournisseurs dans cette région.
  • La Stratégie québécoise de développement de l'aluminium 2015‑2025 s'articule autour de trois axes, qui consistent à mettre en place un environnement favorable à la transformation de l'aluminium, à renforcer l'ensemble de la filière québécoise et à assurer la compétitivité des entreprises de l'industrie. Le Québec est le premier État à se doter d'une stratégie complète visant la croissance et le rayonnement de tous les maillons de la chaîne de valeur de l'aluminium.

 

Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/July2018/24/c2751.html

Partager