Le gouvernement du Québec soutient Mila pour la réalisation d'un mandat dans le cadre de la consultation mondiale sur l'éthique de l'intelligence artificielle de l'UNESCO

QUÉBEC, le 8 juill. 2020 /CNW Telbec/ - La ministre des Relations internationales et de la Francophonie et ministre de l'Immigration, de la Francisation et de l'Intégration, Nadine Girault, est fière d'annoncer un soutien gouvernemental de 65 000 $ à l'Institut québécois d'intelligence artificielle (Mila), pour la prise en charge du volet délibératif de la consultation mondiale en ligne sur l'éthique de l'intelligence artificielle (IA) qu'amorcera, à compter de juillet, l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO).

Cette consultation mondiale s'inscrit dans les travaux en cours à l'UNESCO portant sur la future recommandation sur l'éthique de l'IA qui sera soumise à l'approbation des 193 États membres de l'Organisation en 2021. Cette recommandation, qui est appelée à devenir le tout premier instrument normatif sur l'IA à voir le jour au sein du système des Nations Unies et dans le monde, constituera un moyen de renforcer l'élaboration et la mise en œuvre de législations, de politiques et de stratégies nationales et internationales dans le domaine de l'IA.

L'UNESCO mènera ainsi au cours des prochains mois, dans le contexte de la pandémie, une consultation entièrement en ligne sur le projet de texte de recommandation rédigé par un groupe d'experts ad hoc nommé par l'Organisation. Cette consultation vise à établir, à l'échelle mondiale, un dialogue avec des représentants de la société civile de divers horizons afin de définir une gouvernance inclusive de l'IA. Elle prendra appui sur trois composantes, à savoir un sondage en ligne, des consultations régionales et nationales ainsi que des ateliers de délibération sur les cinq continents portant sur la proposition de recommandation formulée par le groupe d'experts de l'UNESCO.  

Mila et son partenaire Algora Lab, un laboratoire d'éthique rattaché à l'Université de Montréal, prennent en charge le processus délibératif de la consultation. Ils tiendront à cet effet une soixantaine d'ateliers de délibération en ligne, dans 25 pays, grâce notamment à un réseau d'ambassadeurs locaux spécialement formés. Au cours de ce processus participatif, c'est plus de 500 citoyennes et citoyens qui seront appelés, en face à face, à commenter et à livrer leur point de vue sur de futures normes internationales en matière d'éthique de l'IA.

Mila et Algora Lab mettront également leur expertise à profit dans le renforcement des capacités et des connaissances en IA de l'ensemble des participants à la consultation mondiale de l'UNESCO, en plus de préparer le rapport qui doit être remis à la fin août 2020 au groupe d'experts mandaté par l'UNESCO.

Cette annonce s'ajoute à celle effectuée le 15 juin dernier, conjointement avec le gouvernement du Canada, sur le lancement du Partenariat mondial sur l'intelligence artificielle (PMIA) et la création du Centre d'expertise international de Montréal pour l'avancement de l'intelligence artificielle (CEIMIA), lesquels renforcent le rôle de la métropole comme pôle majeur de l'IA sur les plans de l'éthique et de la gouvernance.  

Citations :

« Je me réjouis que l'expertise de Mila et d'Algora Lab ait été retenue par l'UNESCO pour mener à bien, dans le contexte actuel de la COVID-19, cette consultation essentielle à la définition de normes internationales en matière d'éthique de l'intelligence artificielle. Ce choix témoigne de nouveau du statut de Montréal comme pôle majeur de l'IA sur les plans de l'éthique et de la gouvernance, de même que de l'excellence des chercheurs et des organisations qui composent l'écosystème québécois en lA. De plus, par ce soutien, le gouvernement du Québec s'associe aux travaux portant sur le tout premier instrument normatif mondial en IA et ouvre une nouvelle avenue de collaboration prometteuse avec l'UNESCO, un partenaire naturel. »

Nadine Girault, ministre des Relations internationales et de la Francophonie et ministre de l'Immigration, de la Francisation et de l'Intégration

« Mila est heureux de contribuer au processus de l'UNESCO pour élaborer des normes éthiques en matière d'intelligence artificielle. Nous tenons à remercier le gouvernement du Québec pour son appui financier à ce projet qui soutiendra le processus de création du premier instrument normatif mondial sur l'intelligence artificielle. »

Valérie Pisano, présidente et chef de la direction de Mila, l'lnstitut québécois d'intelligence artificielle

« La plateforme de délibération pour l'UNESCO a pour objectif de donner la possibilité aux citoyennes et aux citoyens de faire entendre leur voix sur le développement éthique de l'intelligence artificielle. Nous portons ainsi à l'échelle internationale une démarche inclusive et citoyenne qui a présidé, en 2018, à l'élaboration de la Déclaration de Montréal pour une IA responsable. Cette démarche est complètement alignée sur les engagements de l'UNESCO en matière d'équité et d'inclusion de la diversité. C'est un privilège pour Algora Lab et l'Université de Montréal de conduire, avec Mila, ce processus participatif qui se déroulera en cinq langues et qui atteindra des populations souvent mises à l'écart. »

Marc-Antoine Dilhac, directeur de Algora Lab, Université de Montréal

Faits saillants :

Liens connexes :

Pour en savoir plus sur les activités du ministère des Relations internationales et de la Francophonie et de ses 33 représentations dans 18 pays, suivez-nous dans les médias sociaux :

https://www.facebook.com/MRIQuebec

https://twitter.com/MRIF_Quebec

https://www.linkedin.com/company/ministere-relations-internationales-francophonie-quebec/

mrif.gouv.qc.ca

Québec.ca/international

Cision Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/July2020/08/c1693.html

Share