Fugitifs! - Des illustrations riches de sens au cœur des collections du MNBAQ

Du 10 avril au 10 mai 2019

QUÉBEC, le 10 avril 2019 /CNW Telbec/ - Sensible à l'inclusion ainsi qu'à la mise en valeur de ses collections, le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) est fier d'accueillir en ses murs Fugitifs!, un projet imaginé et orchestré par Webster, historien et artiste hip-hop, du 10 avril au 10 mai 2019. Dix dessins grandeur nature, réalisés par neuf illustratrices et illustrateurs québécois, donnent un visage à treize esclaves décrits dans des annonces publiées dans La Gazette de Québec et La Gazette de Montréal à la fin du 18e siècle. Ces œuvres sont intégrées à la galerie de portraits des notables, juste à l'entrée de la salle Devenir de l'exposition 350 ans de pratiques artistiques au Québec. Marie-France Grondin, designer au Musée, a travaillé en collaboration avec Haythem Mojah, afin de veiller à la scénographie et au design graphique de cette installation temporaire très spéciale.

De gauche à droite : André, © D. Mathieu Cassendo 2018, Bell, © Amel Zaazaa 2018, Joe, © Em 2018 / Salle Devenir du pavillon Gérard-Morisset du MNBAQ Photo : MNBAQ, Idra Labrie (Groupe CNW/Musée national des beaux-arts du Québec)

Voilà une façon unique de redonner un visage humain à des femmes, des hommes et des enfants déshumanisés par la servitude. Ainsi, André, Lowcanes, Bell, Jack, Jacob, Joe, Nemo & Cash, Ismael, Bett, Robin, Lydia & Jane apparaîtront aux visiteurs grâce au talent des artistes : Paul Bordeleau, D. Mathieu Cassendo, Djief, Em, MALICIOUZ, Caroline Soucy, Richard Vallerand, ValMo et Amel Zaazaa. Ces derniers ont créé une image de ces esclaves, à partir de la description physique et vestimentaire détaillée par les journaux de l'époque lors de leur fuite. Les illustrateurs permettront à ces fugitifs d'exister autrement que dans l'imaginaire collectif. D'ailleurs, l'exposition démontre que ces esclaves n'étaient pas seulement des victimes passives de leur condition; certains d'entre eux ayant résisté, à la mesure des moyens dont ils disposaient.

Des compléments incontournables

En complément à cette exposition, Webster donnera une conférence, avec Dr Charmaine A. Nelson, professeure en histoire de l'art au Département d'histoire de l'art et des études en communication à l'Université McGill, Culture visuelle et mémoire de l'esclavage au Québec, le mercredi 10 avril à 19 h 30, à l'Auditorium Sandra et Alain Bouchard du MNBAQ. Une autre précieuse occasion d'approfondir une page de notre histoire.

L'histoire des Noirs au Québec, une histoire méconnue

L'histoire de l'esclavage et de la présence afro-descendante au Québec est encore largement méconnue de la population. Lors du 18e siècle, la présence noire s'est accrue au Bas-Canada principalement à cause de la servitude. Sur les 4 185 esclaves répertoriés dans notre histoire, les deux tiers étaient des Autochtones alors que le tiers était des Noirs.

Vu la faible démographie de la population servile au Québec, les processus de résistance s'articulaient principalement autour de la fuite. Sous le régime anglais, les esclaves en vente étaient régulièrement annoncés dans les journaux, les esclaves fugitifs aussi. Afin de pouvoir les retrouver plus facilement, les propriétaires en donnaient des descriptions physiques et vestimentaires très précises; ces annonces nous offrent donc une fenêtre inestimable quant à l'apparence que pouvait avoir les esclaves du Québec à la fin du 18e siècle.

Passer des mots à l'image

Artistes

Fugitifs

Paul Bordeleau   

Jacob

D. Mathieu Cassendo   

André

Djief                       

Robin, Lydia & Jane

Em                

Jack


Joe

MALICIOUZ      

Bett

Caroline Soucy    

Lowcanes

Richard Vallerand       

Ismael

ValMo                       

Nemo & Cash

Amel Zaazaa          

Bell

Les journaux d'une autre époque ou des repères historiques troublants

André
Gazette de Québec - 14 mai 1767
Lowcanes
Gazette de Québec - 30 novembre 1775
Bell
Gazette de Québec - 20 août 1778
Jacob
Gazette de Québec - 20 août 1778
Joe
Gazette de Québec - 24 décembre 1778
Jack
Gazette de Québec - 11 juin 1778
Nemo & Cash
Gazette de Québec - 4 novembre 1779
Ismael
Gazette de Québec - 11 mars 1784
Bett
Gazette de Québec - 8 mars 1787
Robin, Lydia & Jane
Gazette de Montréal - 20 août 1798

Le Grain de sable. Olivier Le Jeune, premier esclave au Canada un livre jeunesse de Webster et ValMo

Dans la foulée de la présentation de Fugitifs! au MNBAQ, Webster, historien et artiste hip-hop, et ValMo, illustratrice, présentent Le Grain de sable. Olivier Le Jeune, premier esclave au Canada, un album jeunesse destiné aux 8 ans et plus disponible aux éditions du Septentrion. Comme l'histoire de la présence noire et de l'esclavage au Québec demeure méconnue du grand public, cet ouvrage devient ainsi un outil de sensibilisation et d'initiation.

Originaire de l'île de Madagascar, Olivier Le Jeune est arrivé à Québec en 1629 en tant qu'esclave. Il avait 10 ans. Il est la première personne d'origine africaine à habiter de manière permanente au Canada. On apprend comment il a pu s'adapter à sa nouvelle réalité dans les débuts de la Nouvelle-France. Le livre est distribué par Dimedia, il sera en vente au Québec, à la Librairie-Boutique du MNBAQ, ainsi qu'en librairie, au prix de 19,95 $. ISBN 978-2-89791-081-5

Cette installation, conçue par Webster, en collaboration avec le Musée national des beaux‑arts du Québec, sera présentée jusqu'au 10 mai. Le Musée national des beaux-arts du Québec est une société d'État subventionnée par le gouvernement du Québec. 

Fugitifs!
Salle Devenir de l'exposition 350 ans de pratiques artistiques au Québec, pavillon Gérard-Morisset du MNBAQ
Du 10 avril au 10 mai 2019
Laissez-passer requis

Conférence Culture visuelle et mémoire de l'esclavage au Québec
Par Webster et Dr Charmaine A. Nelson
Auditorium Sandra et Alain Bouchard, pavillon Pierre Lassonde du MNBAQ
10 $ (Membres : 6 $)

 

Consulter le contenu original pour télécharger le multimédia : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/April2019/10/c4763.html

Share