Solar Equation - Une installation spectaculaire de Rafael Lozano-Hemmer au MNBAQ

Nouvelle exposition
Du 27 septembre 2018 au 24 février 2019

QUÉBEC, le 26 sept. 2018 /CNW Telbec/ - Après l'Allemagne, l'Australie, l'Angleterre et la Corée du Sud, le Musée national des beaux‑arts du Québec (MNBAQ) est fier de présenter, en grande première canadienne, la nouvelle version de l'œuvre Solar Equation de Rafael Lozano-Hemmer.

Rafael Lozano-Hemmer, Solar Equation Chandelier, 2018. Photo : © Gracieuseté Antimodular Research (Groupe CNW/Musée national des beaux-arts du Québec)

L'installation spectaculaire brillera de 1 000 feux dans le Grand hall du pavillon Pierre Lassonde du 27 septembre 2018 au 24 février 2019. Pour le Musée, accueillir cette œuvre en ses murs est une façon d'ancrer son action dans l'actualité en portant une réflexion sur la nature écologique et philosophique ainsi que sur l'avenir de notre planète.

Œuvre à grande échelle, Solar Equation présente une reconstitution du Soleil, 400 millions de fois plus petite que l'astre du jour. La pièce, constituée de DEL suspendues dans l'aire publique à l'entrée du Musée, vient retracer la réalité du Soleil, en s'appuyant sur des données captées par l'observatoire du Soleil de la NASA. Les équations de dynamiques des fluides assurent que les motifs de turbulences lumineuses ne soient jamais répétés.

Les visiteurs pourront interagir avec l'œuvre en choisissant l'une des 11 différentes saisons solaires. Ils pourront aussi observer le mouvement perpétuellement renouvelé, en plus d'avoir un aperçu de ce phénomène naturel majestueux découvert récemment par les avancées de la recherche en astronomie.

L'ampleur de l'œuvre et l'audace du projet rendent l'aventure incomparable. Solar Equation a le potentiel de nous émouvoir, de nous sensibiliser au réchauffement climatique, à l'importance de l'énergie solaire comme contre-mesure et à notre rapport à l'environnement vivant, et surtout de nous rassembler autour d'une expérience commune. Pour apprécier toute sa magnificence, un détour s'impose par le Grand hall du pavillon Pierre Lassonde.

La technologie au service de l'art, les détails techniques

Solar Equation : 3 mètres de diamètre et près de 1 500 kg

Réglettes à DEL, cadre en bois et en aluminium, équations de turbulences solaires calculées par ordinateur, programmation à l'aide d'openFrameworks et de D3.

Un affichage volumétrique sphérique simule les turbulences, les éruptions et les taches à la surface du Soleil. L'animation émergeant de l'œuvre est calculée à l'aide d'équations de dynamique des fluides, comme les équations de réaction-diffusion, de Navier-Stokes, de bruit de Perlin et de flammes fractales, en tenant compte des dernières images des observatoires solaires SDO et SOHO de la NASA. Il ne s'agit pas d'une vidéo en boucle, mais bien d'une simulation en temps réel, sans répétition.

La sphère comprend 25 580 lumières à DEL réparties sur 342 réglettes disposées selon les équations de Fermat qui décrivent la phyllotaxie des plantes. Elle ne comprend donc aucun point de fuite.

Solar Equation, une œuvre emblématique en constante mutation, est inspirée, d'une part, d'artistes latino-américains aux œuvres géométriques immersives, comme Jesús Rafael Soto, Carlos Cruz-Diez et Julio Le Parc, et d'autre part, par des scientifiques de renom, comme Pierre de Fermat, Oleg Losev et Shuji Nakamura. 

Solar Equation est présentée grâce à une collaboration entre l'AmorePacific Museum of Art (APMA) de Séoul et le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) du Canada.

Biographie de Rafael Lozano-Hemmer

Rafael Lozano-Hemmer est né à Mexico (Mexique) en 1967. Il obtient en 1989 un baccalauréat en chimie physique B.Sc. à l'Université Concordia (Montréal, Canada). Rapidement attiré vers les arts électroniques, il a, depuis, élaboré une pratique artistique autour du concept « d'architecture relationnelle », une approche s'attachant à détourner l'usager d'un environnement urbain familier en lui proposant une relecture de ce même lieu. Il traduit ainsi son désir de créer des expériences sociales où performances et rencontres sont au rendez-vous, et ce par l'intervention des nouvelles technologies. Pour Lozano‑Hemmer, sans public, il n'y a pas d'œuvre. Aussi, contre la représentation élitiste du pouvoir, ses interventions d'envergure sont un manifeste pour l'antimonument et s'inspirent de la fantasmagorie, du carnaval et de l'animatronique. À plus petite échelle, ses installations et autres impressions digitales explorent les thèmes de la perception et de la surveillance.

En 2007, Lozano-Hemmer a été le premier artiste à représenter officiellement le Mexique à la Biennale de Venise, avec une exposition au palais Van Axel. Il a également participé aux biennales de Sydney, Liverpool, Shanghai, Istanbul, Séville, Séoul, La Havane, la Nouvelle‑Orléans, Singapour et Moscou. Il a reçu des commandes d'art public pour des évènements tels que la Triennale québécoise à Montréal en 2011, les Célébrations du millénaire, à Mexico; le Sommet mondial des villes des Nations Unies, à Lyon; l'élargissement de l'Union européenne, au sommet de Dublin; la commémoration du massacre d'étudiants à Tlatelolco, à Mexico; le 50e anniversaire du musée Guggenheim, à New York; et les Jeux olympiques d'hiver de 2010, à Vancouver.

Ses œuvres font partie des collections de plusieurs institutions, notamment le MoMA; la Tate Gallery de Londres et le Guggenheim. Il a reçu deux prix de la BAFTA pour l'interactivité (British Academy Awards for Interactive Art) à Londres; un Nica d'or aux Prix Ars Electronica, en Autriche; un Rave Award du magazine Wired; le Trophée des Lumières, à Lyon; et un prix international de la Fondation du Bauhaus, à Dessau. En juin 2016, Rafael Lozano-Hemmer a été nommé Compagnon des arts et des lettres du Québec par le Conseil des arts et des lettres du Québec.

Les crédits

Solar Equation est présentée grâce à une collaboration entre l'AmorePacific Museum of Art (APMA) de Séoul et le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) du Canada. Nous remercions le Conseil des arts du Canada de son soutien. L'an dernier, le Conseil a investi 153 millions de dollars pour mettre de l'art dans la vie des Canadiennes et des Canadiens de tout le pays.

Direction du projet
Annie Gauthier
Directrice des collections et de la recherche, MNBAQ

Coordination
Mylène Renaud
Chargée de projet d'exposition, MNBAQ

Graphisme
Marie-France Grondin
Designer, MNBAQ

Gestion des opérations 
Yasmée Faucher
Chef des opérations, MNBAQ

Claude Lapouble
Chef des ressources matérielles, MNBAQ

Médiation numérique
Anne-Josée Lacombe
Responsable de la médiation numérique, MNBA Q

Le Musée national des beaux-arts du Québec est une société d'État subventionnée par le gouvernement du Québec.

Solar Equation
Grand hall du pavillon Pierre Lassonde du MNBAQ
Du 27 septembre 2018 au 24 février 2019

 

Rafael Lozano-Hemmer, Solar Equation Chandelier, 2018. Photo : © Gracieuseté Antimodular Research (Groupe CNW/Musée national des beaux-arts du Québec)

L’artiste Rafael Lozano-Hemmer Photo : © Gracieuseté Antimodular Research (Groupe CNW/Musée national des beaux-arts du Québec)

Consulter le contenu original pour télécharger le multimédia : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/September2018/26/c6467.html

Share