La Financière agricole présente les bilans régionaux de mi-saison ainsi que la 5e édition du rapport L'état des cultures au Québec 2017

LÉVIS, QC, le 12 juill. 2017 /CNW Telbec/ - La Financière agricole du Québec présente les bilans régionaux de mi-saison en assurance récolte. Ils décrivent, en date du 4 juillet, les conditions climatiques et leurs effets sur les cultures produites dans les différentes régions du Québec. Ils font également le point sur l'état des cultures vivaces, des ruches, de l'ensemencement et du développement des cultures annuelles, ainsi que sur le déroulement des premières récoltes.

L'hiver 2016-2017 a été caractérisé par des températures douces jusqu'en février et des précipitations près de la normale. Ainsi, la survie à l'hiver des prairies, des fraisières, des bleuetières et des vergers a été bonne dans toutes les régions, malgré quelques dommages causés par le gel affectant certains champs de céréales d'automne et de prairies de légumineuses dans les régions de l'Estrie, du Centre-du-Québec et de la Montérégie. Les abeilles ont généralement bien survécu à l'hiver, sauf dans les régions du Centre-du-Québec, de l'Estrie, de la Montérégie et du Saguenay-Lac-Saint-Jean où certains pourcentages de perte élevés ont été signalés. La récolte de sirop d'érable a été excellente pour l'ensemble des régions.

Les températures froides du printemps, qui ont retardé le réchauffement du sol, et les précipitations abondantes ont occasionné pour les semis un retard de plus d'une semaine, voire de deux semaines dans certaines régions. Les dates de fin des semis ont dû être prorogées pour plusieurs cultures, et ce, dans la plupart des régions. Les conditions climatiques printanières exceptionnelles ont causé des inondations touchant plusieurs producteurs agricoles, principalement dans les régions administratives de la Montérégie, de Lanaudière, du Centre-du-Québec, de l'Outaouais et de la Mauricie. En date du 4 juillet, des avis de dommage ont été ouverts pour 93 clients à la suite de la crue des eaux.

Les précipitations fréquentes retardent aussi l'avancement des récoltes de foin. Toujours en date du 4 juillet, la majorité des régions déclare avoir un retard de quelques jours à plus d'une semaine sur l'avancement habituel de leur première fauche. Il en résulte des superficies déclarées récoltées variant de 0 à 100 % sur l'ensemble du territoire.  Les rendements devraient être autour des moyennes. Pour les céréales, le maïs et les protéagineuses, on prévoit des rendements autour des moyennes ou légèrement inférieurs à celles-ci. Pour les cultures maraîchères, les légumes de transformation, les pommes et les pommes de terre, on anticipe également des rendements autour des moyennes. Malgré les retards dans la récolte, les rendements des fraises s'annoncent supérieurs ou autour des moyennes. Quant à la production des bleuets, malgré quelques dommages signalés au Saguenay-Lac-Saint-Jean, on anticipe des rendements autour de la moyenne pour cette région et celle de la Côte-Nord. Les prévisions de rendement pour le miel s'annoncent cependant très variables d'une région à l'autre.

À la fin de juin, des épisodes de grêle survenus, notamment, dans les régions de la Capitale-Nationale, de la Montérégie et de la Chaudière-Appalaches, ont causé des dommages d'intensité variable dans plusieurs cultures. Ces événements ont engendré l'ouverture de 204 avis de dommages pour l'ensemble du Québec.

En date du 4 juillet, le nombre d'avis de dommages à l'assurance récolte totalisait 1 114, comparativement à :

  • 989 à la même période en 2016;
  • 1 598 en moyenne pour les cinq dernières années;
  • 1 723 en moyenne pour les dix dernières années.

Les indemnités versées à ce jour sont de 860 657 $, dont 487 928 $ pour des dommages causés par la sauvagine.

« Ce bilan de mi-saison dresse un portrait de l'état des cultures de nos régions. Pour les producteurs agricoles, le Programme d'assurance récolte est un outil avantageux de gestion des risques, qui permet de sécuriser les revenus issus des récoltes lors de conditions climatiques difficiles ou de phénomènes naturels incontrôlables », a souligné M. Ernest Desrosiers, président-directeur général de La Financière agricole du Québec.

Pour de plus amples renseignements concernant les bilans de mi-saison pour chacune des régions ainsi que la cinquième édition du rapport L'état des cultures au Québec, consultez le site Web de La Financière agricole au www.fadq.qc.ca. Toutes les données y apparaissent dans la section Bilans de mi-saison 2017 en assurance récolte (http://www.fadq.qc.ca/salle-de-presse/actualites/details/bilans-de-mi-saison-2017-en-assurance-recolte/).

En offrant des produits et des services de qualité en matière de financement, d'assurance et de protection du revenu, La Financière agricole du Québec favorise le développement et la stabilité de plus de 24 000 entreprises agricoles et forestières québécoises. De plus, elle place la relève agricole au cœur de ses priorités en lui offrant une aide financière directe et adaptée à sa réalité. Avec des valeurs assurées qui s'élèvent à près de 4,2 milliards de dollars et un portefeuille de garanties de prêts qui atteint 4,95 milliards, elle participe activement à l'essor économique du Québec et de ses régions.

Pour plus de détails sur les ‎données climatiques des différentes régions, visitez le site Agrométéo        (http://www.agrometeo.org/).

Information :
La Financière agricole du Québec
418 834-6866, poste 6223

 

Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/July2017/12/c2356.html

Partager