/R E P R I S E -- Renégociation de l'ALENA - Le ministre Laurent Lessard à Washington pour défendre les intérêts du secteur bioalimentaire québécois/

QUÉBEC, le 14 oct. 2017 /CNW Telbec/ - Dans le cadre du quatrième cycle de négociation de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, M. Laurent Lessard, s'est rendu à Washington afin de défendre les intérêts des entreprises du secteur bioalimentaire québécois. Le ministre a tenu à rappeler que le Québec continue d'exercer son leadership dans la promotion de la gestion de l'offre au cours de ces négociations. M. Lessard a eu l'occasion de discuter des enjeux que soulève cette négociation pour le secteur par des rencontres avec des acteurs gouvernementaux et des clientèles. Il a également fait valoir que l'ALENA est un accord qui, depuis son entrée en vigueur en 1994, s'est avéré bénéfique, non seulement pour les entreprises canadiennes, mais aussi pour les entreprises américaines et mexicaines.

Citation

« La position du gouvernement du Québec a toujours été claire dans sa façon d'aborder les négociations d'accords de commerce internationaux : il faut absolument préserver notre capacité de maintenir le système de la gestion de l'offre. Ce système, qui a fait ses preuves, procure aux producteurs la stabilité de leurs revenus et un approvisionnement fiable aux consommateurs. J'insiste sur un fait : la gestion de l'offre n'est pas négociable. »

M. Laurent Lessard, ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation

Faits saillants

  • La gestion de l'offre, c'est près de 7 000 producteurs répartis sur l'ensemble du territoire québécois, soit 5 473 producteurs laitiiers, 746 producteurs de poulets, 152 producteurs de dindons, 130 producteurs d'œufs de consommation et 36 producteurs d'œufs d'incubation.
  • Les productions sous la gestion de l'offre comptent pour 38 % des recettes agricoles québécoises (3,2 G$) provenant du marché. Le secteur laitier est le plus important (2,2 G$), suivi des secteurs du poulet (652,7 M$), des œufs (180,6 M$) et du dindon (87,5 M$).
  • Le Québec est le principal producteur de lait au Canada et le deuxième pour la volaille et les œufs.
  • Le Canada représente l'un des principaux marchés pour les exportations bioalimentaires des États-Unis. Les exportations destinées au marché canadien atteignent une valeur qui avoisine les 25,2 G$, soit près de 17 % des exportations bioalimentaires américaines.
  • Le Québec importe pour 1,5 G$ de produits bioalimentaires des États-Unis.
  • La valeur totale des exportations internationales des produits bioalimentaires du Québec s'élève à plus de 8,2 G$. Une part de 71 % de ces exportations est destinée au marché des États-Unis, pour une valeur de plus de 5,8 G$.
  • Le 10 octobre, plus de 300 chambres de commerces américaines ont fait parvenir une lettre au président Donald Trump pour lui souligner les bénéfices de l'ALENA et lui enjoindre de préserver l'Accord.
  • Le 24 septembre, dans une lettre ouverte publiée dans le Wall Street Journal, Thomas J. Donohue, président et chef de la direction de la Chambre de commerce des États-Unis, a soutenu que quitter l'ALENA serait une catastrophe économique, politique et de sécurité nationale.

Liens connexes

www.international.gc.ca/alena-texte

                  

Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/October2017/16/c8465.html

Partager