Suivi de la situation linguistique - L'Office québécois de la langue française publie une étude sur la langue de l'affichage public

MONTRÉAL, le 29 mars 2018 /CNW Telbec/ - Les résultats de l'étude que l'Office québécois de la langue française publie aujourd'hui permettent de constater une augmentation significative du taux de conformité à la Charte de la langue française de l'affichage public des entreprises ayant pignon sur rue et des entreprises situées dans un centre commercial sur le territoire de l'île de Montréal entre 2010 et 2017.

Depuis 2010, les entreprises situées dans un centre commercial sont celles dont le taux de conformité a connu les hausses les plus importantes, et ce, en ce qui concerne autant l'affichage général (de 64 % à 78 %) que le nom d'entreprise affiché (de 79 % à 88 %) et les messages affichés (à l'exclusion du nom) dans la vitrine ou sur un support externe placé près de l'entreprise (de 78 % à 86 %).

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette augmentation du taux de conformité, notamment les nouvelles dispositions réglementaires relatives à l'affichage des marques de commerce et les efforts continus en matière d'aménagement linguistique et d'affichage commercial déployés au cours des dernières années, qu'il s'agisse d'actions liées à l'application des dispositions de la Charte de la langue française ou de campagnes d'information ou de sensibilisation réalisées par des acteurs du milieu.

Citation 

« Les progrès notables que cette étude nous révèle quant à la conformité de l'affichage public au regard des exigences de la Charte de la langue française nous encouragent à maintenir nos efforts afin que cette tendance favorable se poursuive. »

M. Robert Vézina, président-directeur général de l'Office québécois de la langue française

Faits saillants 

Conformité de l'affichage général (nom d'entreprise et messages)

  • Sur l'ensemble de l'île de Montréal, le taux de conformité de l'affichage public général se situe à près de 78 %, une augmentation par rapport à 2010 (72 %).
  • Dans les centres commerciaux, le taux de conformité en matière d'affichage général a bondi entre 2010 (64 %) et 2017 (78 %).
  • En ce qui concerne les entreprises ayant pignon sur rue, le taux de conformité en matière d'affichage général est passé de 73 % en 2010 à 78 % en 2017.

Conformité du nom d'entreprise affiché

  • Le nom d'entreprise affiché est conforme à 88 % sur le territoire montréalais, une augmentation par rapport à 2010 (83 %).
  • L'évolution se voit surtout du côté des centres commerciaux, où le taux de conformité des noms d'entreprises affichés est passé de 79 % à 88 %.
  • Dans le centre-ville de Montréal, on note également une hausse du taux de conformité du nom d'entreprise affiché entre 2010 (77 %) et 2017 (près de 90 %).

Conformité des messages affichés (à l'exclusion du nom d'entreprise)

  • Pour l'ensemble de l'île de Montréal, l'affichage des messages à l'extérieur des entreprises est conforme à 85 %, un taux quasi identique à celui de 2010 (84 %).
  • Dans les centres commerciaux, le taux de conformité est passé de 78 % en 2010 à 86 % en 2017.

Conformité des marques de commerce faisant également office de nom d'entreprise dans l'affichage

  • L'étude a tenu compte des modifications réglementaires apportées en novembre 2016 pour encadrer l'affichage des marques de commerce.
  • Dans les centres commerciaux, on note une forte augmentation du taux de conformité des marques de commerce faisant également office de nom dans l'affichage, qui passe de 56 % en 2010 à 86 % en 2017.
  • En ce qui concerne les entreprises ayant pignon sur rue, on observe aussi une hausse du taux de conformité entre 2010 (75 %) et 2017 (87 %).

Présence du français dans l'affichage public

  • Parmi les entreprises de l'ensemble de l'île de Montréal, le français est minimalement présent (au moins un mot) dans l'affichage général dans une proportion de 94 %, un taux identique à celui de 2010.
  • En ce qui concerne l'ensemble des messages observés dans l'affichage public (nom d'entreprise et autres messages), 65 % sont écrits uniquement en français, 7,8 % sont à la fois en français et en anglais et 5,1 % sont uniquement en anglais. Les autres messages sont principalement des noms de famille, des toponymes, des symboles ou des mots non assimilables à une langue.

Liens connexes 

Suivi de la situation linguistique :
www.oqlf.gouv.qc.ca/ressources/sociolinguistique/index.html

Office québécois de la langue française : www.oqlf.gouv.qc.ca

Facebook/OQLF.QC

Twitter/OQLF

 

Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/March2018/29/c8130.html

Share