Le gouvernement du Québec rend public le rapport final du comité d'experts indépendant chargé de trouver des solutions aux inondations de la rivière Chaudière

QUÉBEC, le 5 juin 2020 /CNW Telbec/ - Le gouvernement du Québec rend public aujourd'hui le rapport final reçu du comité d'experts formé à la mi-janvier pour faire l'inventaire des solutions les meilleures et les plus adaptables pour réduire les risques d'inondation par embâcles de glace et à l'eau libre de la rivière Chaudière. Les recommandations du comité d'experts ont également été présentées hier aux élus locaux et régionaux concernés.

Selon les experts, le régime d'écoulement de la rivière Chaudière semble en croissance, ce qui se traduit par une aggravation des épisodes d'inondation. Par ailleurs, même si aucune tendance ne se distingue en ce qui concerne les températures de l'air, des redoux hivernaux ont causé des épisodes d'embâcles au début ou au cœur de l'hiver au cours des 15 dernières années. Par contre, les données analysées par le comité d'experts ne permettent pas de conclure que l'accumulation de sédiments au fond de la rivière ait un impact sur la formation des embâcles.

Devant ces constats, les experts ont procédé à une analyse multicritère de solutions envisageables. Selon ceux-ci, la solution la plus efficace en termes d'impact sur les crues en eau libre serait la relocalisation des riverains et des infrastructures les plus exposées et vulnérables aux inondations. Suivent un dragage massif de la rivière sur plus de 15 kilomètres, entre Scott et Sainte-Marie, de même que l'endiguement ciblé des berges. Le comité insiste toutefois sur le fait que beaucoup de travail reste à faire avant de pouvoir privilégier le dragage, notamment l'évaluation des coûts économiques et environnementaux immédiats et récurrents associés à cette solution. Des interventions plus spécifiques sur le lit et aux abords de la rivière ont aussi été identifiées comme pouvant contribuer de manière plus marginale à contrôler l'aléa.

En ce qui concerne l'inondation par embâcles de glace, les experts concluent qu'il n'existe pas de solution unique. Le comité recommande plutôt un ensemble de solutions touchant diverses facettes de la problématique. Celles qui lui ont semblé les plus porteuses sont l'installation d'estacades, l'affaiblissement du couvert de glace ainsi que la rétention de la glace dans les tributaires de la rivière Chaudière.

Le comité était formé des scientifiques suivants :

  • Mme Pascale Biron, professeure titulaire au Département de géographie de l'Université Concordia de Montréal et spécialiste en géomorphologie des cours d'eau;
  • M. Étienne Boucher, professeur au Département de géographie de l'Université du Québec à Montréal et spécialiste en évaluation des risques glaciels;
  • M. Wael Taha, ingénieur associé et spécialisé en hydraulique en présence des glaces à la firme de génie-conseil Lasalle NHC.

Lien connexe :

Pour prendre connaissance de l'intégralité du rapport : https://www.cehq.gouv.qc.ca/zones-inond/rapport/rapport-chaudiere-comite-expert.pdf

Source et information :

Relations avec les médias
Ministère de l'Environnement
et de la Lutte contre les changements climatiques
Tél. : 418 521-3991

Cision Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/June2020/05/c2012.html

Share