Débusquer les fausses nouvelles : BAnQ et les bibliothèques en première ligne

MONTRÉAL, le 29 avril 2019 /CNW Telbec/ - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) profite de la Semaine de la presse et des médias pour rappeler le travail de fond des bibliothèques dans l'éducation aux médias et à l'information.

« Les fausses nouvelles vous rendent méfiant? Les bibliothécaires sont des spécialistes de l'information, demandez-leur conseil! Chacun peut profiter gratuitement de leur expertise, synonyme d'information diversifiée et fiable. En contact direct avec la population, les bibliothèques réalisent un travail de fond en matière de littératie numérique et d'accompagnement des citoyens  dans l'acquisition de compétences informationnelles », indique Jean-Louis Roy, président-directeur général de BAnQ.

BAnQ collabore aussi avec la Fédération professionnelle des journalistes du Québec pour accueillir la table ronde L'éducation aux médias à l'école, y a-t-il urgence? le mercredi 1er mai et un atelier destiné au grand public, « Fausses nouvelles : ne tombez pas dans le panneau », le jeudi 2 mai.

La recherche d'information

La recherche d'information est l'une des activités principales du personnel en bibliothèque. Ce service aux usagers s'appelle le service de la référence et il est le plus fréquemment disponible sur place mais peut aussi être offert par courriel ou téléphone, comme c'est le cas à BAnQ. Au cœur de ce service aux usagers se trouvent la recherche de sources fiables et le croisement des sources (choix de documents, sites à consulter, bases de données utiles).

Chaque année, BAnQ répond à plus de 300 000 questions de référence.

Quant au service de référence Réponse à tout, il est alimenté par plusieurs bibliothèques au Québec qui répondent à toutes sortes de questions envoyées par le public.

Prise de position des bibliothèques face aux fausses nouvelles

Les fausses nouvelles ne datent pas d'hier, mais leur nombre a explosé avec Internet et les médias sociaux contribuent grandement à leur prolifération. La vérification de l'information est essentielle, particulièrement sur les médias sociaux.

BAnQ a créé une section de son site Web consacrée aux fausses nouvelles. Elle contient des astuces pour détecter les fausses nouvelles, des ressources et des sites de vérification de faits, ainsi qu'une veille sur le sujet qui peut intéresser les professionnels de l'information, les enseignants et le grand public, à laquelle on peut s'abonner pour rester au courant.

À BAnQ, un comité Éducation aux médias et à l'information a été mis sur pied en janvier 2019 dans le but de réaliser un plan d'action pour renforcer la position du bibliothécaire au service des citoyens dans leur recherche d'information. Des outils et des activités pour différents types de publics sont à l'étude : activité pour enseigner aux jeunes à démasquer les fausses nouvelles et à analyser leur recherche d'information, activité auprès des personnes en processus de francisation, activité grand public, distribution d'un signet informatif sur les questions à se poser face à une information, etc.

Le soutien à la littératie numérique

Pour celles et ceux qui ne maîtrisent pas les technologies, le numérique peut être un facteur d'exclusion de la société. En mettant de l'équipement informatique à la disposition des usagers, mais aussi en les accompagnant dans l'acquisition de compétences numériques, les bibliothèques participent activement à l'inclusion des citoyens et au développement de la littératie numérique.

Une étude américaine récente (janvier 2019) a révélé que les personnes âgées de 65 ans et plus partageaient 7 fois plus de fausses nouvelles que la tranche la plus jeune étudiée (les 18-29 sont ceux qui en partagent le moins). L'étude avance plusieurs hypothèses pour expliquer cela, dont le manque de compétences numériques d'une partie de cette tranche de la population, qui nuit au moment de déterminer ce qui est fiable ou non sur Internet.

À la Grande Bibliothèque, en plus des ateliers de base (manipulation du clavier et de la souris, organisation de ses dossiers dans un ordinateur, connaissance de la tablette ou navigation sur Internet), BAnQ offre au public des causeries et ateliers comme Comment protéger votre identité numérique, Réseaux sociaux et données personnelles et Je trouve de bonnes informations en ligne. Ceux-ci abordent la question des arnaques sur Internet, de l'hameçonnage, de la protection de la vie privée, des réseaux sociaux, de leur organisation et des scandales politiques qui y sont liés, de la viralité de l'information sur Internet, des outils et astuces pour réaliser une recherche d'information efficace et trouver des résultats pertinents, etc.

Au sujet de BAnQ

Plus grande institution culturelle du Québec par sa fréquentation et la diversité de ses missions, pilier essentiel de la société du savoir, Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) a pour mandat d'offrir un accès démocratique à la culture et à la connaissance. Elle rassemble, conserve et diffuse le patrimoine documentaire québécois ou relatif au Québec. Elle offre aussi les services d'une bibliothèque publique d'envergure. BAnQ déploie ses activités dans 12 édifices ouverts à tous : la Grande Bibliothèque, BAnQ Vieux-Montréal et BAnQ Rosemont-La Petite-Patrie à Montréal, BAnQ Gaspé, BAnQ Gatineau, BAnQ Québec, BAnQ Rimouski, BAnQ Rouyn-Noranda, BAnQ Saguenay, BAnQ Sept-Îles, BAnQ Sherbrooke et BAnQ Trois-Rivières. BAnQ a reçu du ministère de la Culture et des Communications du Québec et de la Ville de Montréal le mandat de faire revivre la bibliothèque Saint-Sulpice, située à Montréal.

 

Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/April2019/29/c9420.html

Partager