Décès d'un soudeur et blessures pour un mécanicien à l'entretien industriel de la compagnie ArcelorMittal Exploitation minière Canada S.E.N.C. : la CNESST dévoile les conclusions de son enquête

SEPT-ÎLES, QC, le 7 mai 2020 /CNW Telbec/ - La CNESST rend aujourd'hui publiques les conclusions de son enquête sur l'accident du travail ayant coûté la vie à M. Vincent Bigonnesse, soudeur, et causé des blessures à son collègue, mécanicien à l'entretien industriel, tous deux au service d'ArcelorMittal Exploitation minière Canada S.E.N.C., le 22 septembre 2019, au Mont-Wright, à Fermont.

Chronologie de l'accident

Le jour de l'accident, M. Bigonnesse et son collègue se trouvaient dans un tunnel souterrain. Ils étaient assignés à la réparation d'une fuite à la tuyauterie d'une pompe. Sur le chemin du retour, une panne électrique est survenue et les a plongés dans l'obscurité. Sachant que cette situation allait causer l'inondation des lieux, ils se sont rendus au tunnel principal pour ensuite se diriger vers l'une des sorties. Une vague est alors venue les frapper, les a fait chuter et les a emportés avec elle jusqu'à l'autre extrémité du tunnel. Les secours ont été appelés sur les lieux. Les deux travailleurs ont été transportés au centre hospitalier, où le décès de M. Bigonnesse a été constaté.

Causes de l'accident

L'enquête a permis à la CNESST de retenir deux causes pour expliquer l'accident :

  • Une panne électrique générale a provoqué l'inondation du tunnel principal. La vague générée a emporté les deux travailleurs qui tentaient d'en sortir et a causé la mort du soudeur;
  • La gestion du travail dans les tunnels des épaississeurs était déficiente. En effet, la perte de contrôle de l'énergie hydraulique à la suite d'une panne électrique n'a pas été planifiée, bien que le danger ait été connu des travailleurs et de l'employeur.

À la suite de l'accident, la CNESST a interdit à l'employeur, ArcelorMittal Exploitation minière Canada S.E.N.C., l'accès au tunnel principal (entre le concentrateur et la caserne 2) et aux tunnels secondaires des épaississeurs nos 1 et 3 parce que l'énergie hydraulique n'y était nullement contrôlée. Elle a exigé que toutes les venues de liquide pouvant être dangereuses soient cadenassées et qu'un moyen de contrôle permanent soit soumis avant la reprise complète et ininterrompue des opérations.

Le 27 septembre 2019, une autorisation temporaire d'accès aux tunnels a été donnée à l'employeur puisque celui-ci a fourni une analyse sécuritaire de tâches et six fiches de cadenassage comportant 107 points de coupure pour le contrôle de tous les apports de liquide possible.

Comment éviter un tel accident

Pour prévenir ce genre d'accident, notamment lorsqu'il s'agit de la gestion du travail dans les tunnels ou du contrôle des énergies, des solutions existent :

  • Informer adéquatement le travailleur sur les risques liés à son travail, notamment sur le danger d'inondation provoqué par une panne électrique;
  • S'assurer que l'organisation du travail ainsi que les méthodes, les techniques et les équipements utilisés pour l'accomplir sont sécuritaires. Par exemple, une méthode de contrôle des énergies, tel le cadenassage, doit être mise en place pour s'assurer que toutes les sources d'énergie hydraulique produites par l'arrêt des pompes sont contrôlées.

Suivis de l'enquête

  • La CNESST transmettra les conclusions de son enquête à l'Association minière du Québec ainsi qu'à l'Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail du secteur minier afin que leurs membres en soient informés;

Liens utiles

Rapport d'enquête : http://www.centredoc.cnesst.gouv.qc.ca/pdf/Enquete/ed004263.pdf

Photo (libre de droits) | Source : CNESST : https://bit.ly/2JmHLCa

Animation (libre de droits) : http://www.centredoc.cnesst.gouv.qc.ca/pdf/Enquete/ad004263.mp4

Pour plus d'information sur le contrôle des énergies dangereuses : cnesst.gouv.qc.ca/risquespriorises

La CNESST, votre porte d'entrée en matière de travail

La CNESST offre aux employeurs et aux travailleurs une porte d'entrée unique et une expertise intégrée en matière de normes du travail, d'équité salariale et de santé et de sécurité du travail. Sa structure de gouvernance est paritaire. Elle a notamment pour mission de gérer le Fonds de la santé et de la sécurité du travail, un fonds entièrement autofinancé dont elle est fiduciaire.

Pour plus d'information, visitez notre site Web à cnesst.gouv.qc.ca et suivez-nous sur Facebook (facebook.com/cnesst), Twitter (twitter.com/cnesst) et LinkedIn (linkedin.com/company/cnesst).

Source:

Isabelle Raymond, responsable des communications
CNESST - Direction de la prévention-inspection - Nord et Ouest
Téléphone : 418 964-3900, poste 3906
Courriel : isabelle.raymond@cnesst.gouv.qc.ca

 

Cision Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/May2020/07/c5460.html

Partager