Avis de grève de 48 heures du Syndicat des employé-e-s d'Urgences-santé - Le Tribunal administratif du travail déclare suffisants les services essentiels prévus pour assurer la santé et la sécurité de la population durant la grève

MONTRÉAL, le 20 févr. 2018 /CNW Telbec/ - Le 8 février 2018, le Tribunal administratif du travail reçoit un avis du Syndicat des employé-e-s d'Urgences-santé, représentant les répartiteurs médicaux d'urgence (les RMU) et les employés de bureau de la Corporation d'Urgences-santé, indiquant son intention de recourir à une grève de 48 heures à compter du 21 février 2018 à 23 heures.

En prévision de cette grève, le Syndicat et l'employeur ont convenu d'une entente de services essentiels à maintenir durant la grève. Après analyse de cette entente, le Tribunal juge que les services essentiels prévus sont suffisants pour assurer la santé ou la sécurité de la population.

La décision du Tribunal, incluant l'entente de services essentiels, est disponible sur le site Web www.tat.gouv.qc.ca.

L'entente de services essentiels convenue entre les parties prévoit notamment que :

  • le Syndicat s'engage à répondre à l'ensemble des appels de la population, des partenaires santé et des partenaires d'urgence à partir de l'ensemble des questions contenues dans les protocoles 1 à 33 et autres standards opérationnels;
  • le Syndicat s'engage aussi à affecter et à répartir les ressources préhospitalières disponibles de façon appropriée, efficace et efficiente.

Par ailleurs, l'entente énumère certaines tâches ou fonctions qui ne seront pas accomplies pendant la grève, tâches qui ne sont pas de nature à mettre en danger la santé ou la sécurité de la population.

En cas de situations exceptionnelles et urgentes non prévues, le Syndicat s'engage à fournir, à la demande de l'employeur, le personnel nécessaire pour y faire face.

 

Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/February2018/20/c6936.html

Partager