Deux toponymes de la Montérégie, coups de cœur de la Commission de toponymie

QUÉBEC, le 14 févr. 2018 /CNW Telbec/ - En cette journée de la Saint-Valentin, la Commission de toponymie a été séduite par douze noms de lieux québécois, dont deux désignent une voie de communication et un parc linéaire de la région de la Montérégie : Rue de la Cabinetterie à Saint-Jean-sur-Richelieu et Parc de la Coulée-Verte à Saint-Lambert.

Le nom Rue de la Cabinetterie témoigne d'une activité industrielle révolue aux abords de la rivière Richelieu. En effet, la voie de communication qu'il désigne traverse le site d'une ancienne usine de la compagnie Singer, où l'on fabriquait des machines à coudre au début du XXsiècle. Le meuble dans lequel était encastré le moulin à coudre s'appelait cabinet. Le terme cabinetterie désignait le bâtiment où étaient fabriqués les cabinets. Bien qu'il s'agisse d'un calque de l'anglais cabinetry, le terme cabinetterie témoigne d'une réalité linguistique franco-québécoise.

Parce qu'il désigne un parc linéaire qui longe un terrain de golf à Saint-Lambert, le nom Parc de la Coulée-Verte est particulièrement bien choisi. En effet, l'expression coulée verte réfère à l'espace aménagé de verdure constituant un parcours de promenade et traversant un quartier ou une ville.

Les membres de la Commission ont également eu le coup de foudre pour l'un des coups de cœur toponymiques : Parc des Bourragans. Ce nom désigne un parc public situé dans l'arrondissement de Ville-Marie, à Montréal, plus précisément dans l'ancien faubourg Québec. Au XIXe siècle, on désignait les habitants de ce faubourg par le gentilé Bourragans, probablement en raison du tissu servant à confectionner les vêtements qu'ils portaient.

Faits saillants 

  • En 2018, la Commission de toponymie a été séduite par deux toponymes de la région de la Montérégie : Rue de la Cabinetterie et Parc de la Coulée-Verte.
  • Les douze toponymes qui ont séduit la Commission désignent des lieux situés dans dix municipalités de neuf régions administratives du Québec. Il s'agit de :
    • Chemin du Petit-Canot, Rivière-à-Pierre (Capitale-Nationale);
    • Étang du Castor Errant, Ham-Nord (Centre-du-Québec);
    • Parc de la Coulée-Verte, Saint-Lambert (Montérégie);
    • Parc des Bourragans, Montréal (Montréal);
    • Parc Palomino-Brind'Amour, Montréal (Montréal);
    • Phare du Borgot, Les Îles-de-la-Madeleine (Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine);
    • Place Abinan, Gatineau (Outaouais);
    • Place des Tisserandes, Montréal (Montréal);
    • Pointe Irqatarvik, Ivujivik (Nord-du-Québec);
    • Rue de la Cabinetterie, Saint-Jean-sur-Richelieu (Montérégie);
    • Ruisseau de Feu, Terrebonne (Lanaudière);
    • Vieille gare du Papier, East Angus (Estrie).
  • Les coups de cœur toponymiques 2018 ont été sélectionnés parmi les quelque 1 600 toponymes officialisés par la Commission en 2017.
  • Ces noms de lieux se sont démarqués, entre autres, par leur originalité, leur valeur poétique, leur capacité à inspirer des images fortes et riches, et leur contribution à la promotion du patrimoine culturel.
  • Depuis 2013, la Commission fait connaître chaque année ses douze coups de cœur toponymiques afin de souligner la richesse de la toponymie du Québec. Elle met aussi en valeur le toponyme pour lequel elle a eu un coup de foudre en remettant une plaque honorifique à l'administration de la municipalité où se trouve le lieu qu'il désigne.

Lien connexe 
Découvrez les douze coups de cœur toponymiques dans le site Web de la Commission de toponymie à l'adresse www.toponymie.gouv.qc.ca.

Facebook/OQLF.QC

Twitter/OQLF

 

Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/February2018/14/c8320.html

Share