Logement - La CAQ a jusqu'au premier juillet pour dénouer la crise

QUÉBEC, le 29 janv. 2020 /CNW Telbec/ - En marge de leur caucus présessionnel, à Québec, le porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, et le responsable solidaire en matière de logement, Andrés Fontecilla, appellent le gouvernement à reconnaître la crise du logement et venir en aide aux centaines de milliers de familles touchées d'ici au 1er juillet.

« Pendant que François Legault rencontre le gratin de l'élite à Davos, les Québécoises et les Québécois ordinaires ont de plus en plus de misère à se loger. Pénurie de logements généralisée, hausses abusives des loyers, endettement record des ménages : la situation est aussi grave qu'il y a vingt ans avant la dernière crise du logement, mais les caquistes se tournent les pouces! Si c'est ça, une économie qui marche, que le premier ministre aille l'expliquer aux familles qui appellent leurs députés à l'aide », a dénoncé Gabriel Nadeau-Dubois.

Alors que l'on considère un taux d'inoccupation inférieur à 3% comme l'indice d'une pénurie de logements, le taux d'inoccupation à Montréal et à Gatineau est de 1,5%; à Rouyn-Noranda, 1%; à Saint-Hyacinthe, il plonge à 0,4%. Dans la plupart des centres urbains, l'indice plonge encore plus bas pour les logements familiaux. La rareté des logements et l'affolement du marché immobilier ont fait exploser les loyers. Entre 2018 et 2019, le loyer moyen a augmenté de 5,3% au Québec.

Un plafond des hausses de loyer réclamé

M. Nadeau-Dubois demande à la CAQ d'imposer un plafond légal des hausses de loyer, à l'instar de l'Ontario, qui plafonne les hausses de loyer à l'inflation. En obligeant les propriétaires à justifier toute hausse excédentaire devant tribunal, le porte-parole de Québec solidaire espère freiner l'emballement du marché locatif.

En outre, Québec solidaire demande à la ministre Laforest de s'engager à soulager les besoins urgents vécus partout au Québec après l'année noire de 2019: seulement 835 logements abordables construits. Pour satisfaire l'engagement du gouvernement de construire quelque 15000 logements promis, 5000 logements abordables doivent être livrés dès cette année. 

« La crise du logement ne touche pas seulement les Montréalais: elle est en train de gagner du terrain partout au Québec et elle affecte des gens de tous les horizons. Presque 200 000 ménages consacrent au moins la moitié de leurs chèques de paie pour se loger. Les rénovictions sont de plus en plus fréquentes et on expulse des locataires pour convertir leur chez-soi en Airbnb. Le logement locatif est en train de devenir un véritable Far West! », a martelé Andrés Fontecilla.

Pour les familles qui se tournent vers l'achat d'une maison, la situation n'est pas meilleure. « Tout le monde vit la crise : les familles qui achètent s'endettent à 150% de leur revenu, un taux d'endettement record! Le marché de l'immobilier est fait sur mesure pour les plus riches, les touristes et les spéculateurs étrangers. La CAQ devrait faire attention avant de confondre cet emballement spéculatif pour de la création de richesse! » conclut le député de Laurier-Dorion.

Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/January2020/29/c9342.html

Partager