Lutte contre les insectes ravageurs et surveillance phytosanitaire - Québec annonce une aide financière de près d'un demi-million de dollars pour réduire l'utilisation de pesticides et améliorer la surveillance phytosanitaire

QUÉBEC, le 2 févr. 2016 /CNW Telbec/ - Le député de Huntingdon et whip en chef du gouvernement, M. Stéphane Billette, le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, M. Pierre Paradis, et le ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, M. David Heurtel, sont heureux d'annoncer l'attribution d'une aide financière totale de 445 635 $ à la compagnie de recherche Phytodata pour la réalisation de deux projets visant la lutte contre les insectes ravageurs et la surveillance phytosanitaire.

Tout d'abord, une aide financière de 300 000 $ sera accordée à Phytodata par l'entremise du volet 3.2 du programme Prime-Vert, afin de permettre le déploiement de réseaux de capteurs de spores pour améliorer la surveillance des maladies affectant les productions végétales au Québec. Ce projet est financé par le truchement du Fonds vert, dans le cadre du Plan d'action 2013-2020 sur les changements climatiques.

Ensuite, en vertu du volet 3.1 du même programme, une aide financière de 145 635 $, étalée sur une période de 3 ans, est octroyée pour la réalisation d'un projet visant à encourager l'utilisation de mouches stériles chez les producteurs d'oignons de la Montérégie. Il s'agit d'une méthode de lutte destinée à remplacer le chlorpyrifos, insecticide employé pour la répression de la mouche dans la culture de l'oignon.

De plus, dès l'été prochain, dans le contexte de la mise en œuvre d'un projet pilote en Montérégie, les entreprises agricoles pourront obtenir une aide financière pour utiliser les mouches stériles sur de nouvelles superficies de culture d'oignons. Cette aide pourra atteindre un maximum de 20 000 $ par entreprise agricole pour la durée du programme Prime-Vert, qui se termine le 31 mars 2018.

« Il a toujours été primordial pour moi de soutenir les entrepreneurs agricoles de notre région. Ce projet voit le jour dans le comté de Huntingdon et j'en suis particulièrement fier. Cette nouvelle méthode de production changera les pratiques quotidiennes de nos entrepreneurs agricoles et sera bénéfique partout au Québec puisque tous les entrepreneurs pourront en bénéficier. J'invite d'ailleurs tous les producteurs à adopter ces nouvelles pratiques culturales soucieuses de l'environnement», a souligné M. Stéphane Billette.

« La modernisation de la surveillance phytosanitaire au Québec fait partie de nos priorités d'action. Grâce à de nouvelles technologies, telles que les capteurs de spores, les entrepreneurs agricoles seront mieux équipés pour diminuer l'utilisation des pesticides et des risques qui leur sont associés. Le gouvernement du Québec souhaite encourager ce genre de projets qui s'inscrivent dans la pratique d'une agriculture responsable et durable », a indiqué M. Pierre Paradis.

« La lutte contre les changements climatiques nous pousse à innover et à repenser les façons de faire traditionnelles dans plusieurs domaines, dont celui de l'agriculture, qui contribue de façon importante à la sécurité alimentaire des Québécois et au développement de notre économie. Par l'entremise du Plan d'action 2013-2020 sur les changements climatiques financé par le Fonds vert, le gouvernement soutient le secteur agricole dans ses efforts pour s'adapter aux défis que présentent les changements climatiques, en cohérence avec la Stratégie québécoise sur les pesticides 2015-2018 récemment lancée. L'annonce d'aujourd'hui est une autre action concrète qui nous permet de lutter, ensemble, contre les changements climatiques, afin d'assurer une qualité de vie à nos enfants. Faisons-le pour eux! », a déclaré M. David Heurtel.

À propos du programme Prime-Vert

Financé par le Fonds vert, le programme Prime-Vert contribue à engendrer des bénéfices environnementaux pour l'ensemble de la société en aidant les exploitations agricoles et les autres acteurs de l'industrie bioalimentaire à adopter des modes de production qui sont respectueux de l'environnement, de manière à préserver les ressources naturelles et à répondre aux attentes des consommateurs. Certaines mesures du programme sont cofinancées par les gouvernements fédéral et provincial en vertu de l'accord Cultivons l'avenir 2. Le volet 3.2 du programme est, quant à lui, financé par l'entremise du Fonds vert.

Pour en savoir plus sur le programme Prime-Vert, communiquez avec la direction régionale du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation ou consultez le site Internet www.mapaq.gouv.qc.ca/primevert.

 

Partager