La lune de miel est terminée pour la CAQ

QUÉBEC, le 28 févr. 2019 /CNW Telbec/ - La lune de miel aura été de courte durée pour la Coalition avenir Québec. Le premier ministre François Legault enchaîne le dépôt de projets de loi bâclés et improvisés tout comme les reculs. Nous appelons le gouvernement à faire preuve de rigueur et à agir plutôt que critiquer. Les Québécoises et les Québécois l'ont élu pour gouverner.

Depuis la semaine dernière, les intervenants défilent en commission parlementaire pour décrier le projet de loi 9 sur la réforme en immigration proposée par le gouvernement. Le premier ministre et le ministre de l'Immigration, M. Simon Jolin-Barrette, font la sourde oreille aux avis formulés par les experts.

Ce matin, lors de son passage au Rendez-vous annuel des gens d'affaires qui se déroule à Québec, la vice-première ministre, Mme Geneviève Guilbault, a mentionné dans son allocution que son gouvernement représentait l'espoir dans le dossier de la pénurie de la main-d'œuvre au Québec. Quelle audace de parler d'espoir alors que son gouvernement compromet le rêve de milliers d'immigrants en refusant de traiter 18 000 dossiers en attente.

Lorsque le premier ministre était dans l'opposition, il s'est acharné sur le dossier des trop-perçus d'Hydro-Québec exigeant un remboursement complet pour les Québécoises et les Québécois. La députée de Saint-Hyacinthe a même lancé une pétition à l'époque pour demander ce remboursement. Maintenant que M. Legault est au pouvoir, il salue la position que notre gouvernement a adoptée pour les trop-perçus. Il a rompu sa promesse de remboursement.

En campagne électorale, M. Legault a promis de déchirer l'entente avec les médecins afin de récupérer 1 milliard de dollars. Une autre promesse qui s'envole en fumée.

Pendant quatre ans, le ministre à la Transformation numérique gouvernementale, M. Éric Caire, a crié au scandale en martelant que la gestion des ressources informatiques au gouvernement était un scandale. Maintenant qu'il est ministre, M. Caire est beaucoup plus silencieux. Il a même mentionné qu'une commission parlementaire sur le bordel informatique n'était plus nécessaire, commission qu'il réclamait haut et fort lorsqu'il était dans l'opposition.

« Force est d'admettre que la Coalition avenir Québec était meilleure pour critiquer que pour gouverner. D'ailleurs, le premier ministre est tellement confortable dans ce rôle de critique que c'est ce qu'il continue de faire. Jour après jour, il continue de blâmer le précédent gouvernement. M. Legault et son équipe devraient plutôt concentrer leurs efforts à présenter des projets de loi qui tiennent la route et surtout à respecter leurs engagements électoraux. La population n'est pas dupe et commence à réaliser que M. Legault peine à passer de la parole aux actes. »

Pierre Arcand, chef de l'opposition officielle

 

Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/February2019/28/c1896.html

Share