Projet d'enquête Justesse : Précison de l'UPAC sur un article du Journal de Montréal

MONTRÉAL, le 5 juin 2018 /CNW Telbec/ - Un article du Journal de Montréal, publié le 5 juin 2018, suppose à tort qu'un projet d'enquête de l'UPAC impliquant des organisateurs politiques et la Société immobilière du Québec est retardé par les procureurs du DPCP. Or, ledit projet d'enquête nommé Justesse n'est pas à l'étude au DPCP puisque des compléments de preuve sont toujours en cours au niveau des policiers de l'UPAC. L'enquête est donc toujours active.

C'est d'ailleurs ce que le commissaire à la lutte contre la corruption, Robert Lafrenière, avait mentionné lors de l'étude des crédits, le 24 avril dernier1. L'évolution de ce projet d'enquête est tributaire de plusieurs particularités, dont des demandes d'entraide à l'international et des rapports d'experts qui sont en cours de réalisation, ce qui ajoute des délais imprévus. Par conséquent, les échéanciers doivent être modifiés. Toutefois, il importe de souligner qu'aucune arrestation n'a été reportée.

Le Commissaire à la lutte contre la corruption coordonne et dirige des unités d'enquêtes, de vérifications et de prévention afin de lutter contre la corruption. Les citoyens peuvent appeler le 1 844 541-UPAC ou visiter le www.upac.gouv.qc.ca pour transmettre toute information relative à des actes répréhensibles ou gestes d'intimidation en matière de corruption ou de collusion.


(1)Source : Assemblée nationale du Québec - Journal des débats de la Commission des institutions, vol.40, No 246, Ministère de la Sécurité publique, 24 avril 2018). 

 

Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/June2018/05/c4579.html

Partager