Aide médicale à mourir aux personnes inaptes - La ministre de la Santé doit rendre public le rapport et tenir des consultations

QUÉBEC, le 12 juin 2019 /CNW Telbec/ - Le député de Pontiac et porte-parole libéral en matière de santé, de santé publique et de vitalité des régions, M. André Fortin, a déposé une motion à l'Assemblée nationale afin de demander à la ministre de la Santé et des Services sociaux, Mme Danielle McCann, de rendre public le plus rapidement possible le rapport du groupe d'experts sur l'accès à l'aide médicale à mourir aux personnes inaptes. La motion demandait également au gouvernement de confirmer son intention de tenir des consultations en commission parlementaire, et ce, avant la présentation d'un projet de loi.

Le député de Pontiac a obtenu l'engagement du gouvernement à tenir une commission parlementaire suivant son initiative de présenter une motion aujourd'hui. Il se réjouit de l'adoption à l'unanimité de cette motion qui se lisait comme suit : « Que l'Assemblée nationale rappelle que le débat entourant l'aide médicale à mourir est un débat de société sensible, qui doit être abordé de façon non-partisane;

Qu'elle rappelle l'engagement pris en septembre dernier par le gouvernement caquiste de tenir des consultations publiques à l'Assemblée nationale sur la possibilité d'élargir l'aide médicale à mourir pour les personnes atteintes d'Alzheimer et de maladies apparentées;

Conséquemment, qu'elle demande à la ministre de la Santé et des Services sociaux de rendre public le plus rapidement possible le rapport du groupe d'experts sur l'accès à l'aide médicale à mourir aux personnes inaptes et qu'elle demande au gouvernement de confirmer son intention de tenir des consultations en commission parlementaire et ce, avant la présentation d'un projet de loi. »

« Le gouvernement doit dès maintenant rendre public le rapport du groupe d'experts sur l'accès à l'aide médicale à mourir aux personnes inaptes et tenir des consultations. Cet enjeu sociétal a des répercussions directes sur la vie et la mort des gens, comme dans sa première mouture, la question se doit d'être abordée de façon non-partisane, et ce, pour le bien de la population. C'est une question trop importante pour qu'on l'utilise à des fins politiques. »

André Fortin, porte-parole libéral en matière de santé, de santé publique et de vitalité des régions

 

Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/June2019/12/c1515.html

Share