Le gouvernement doit réussir la relance; il a tous les outils pour le faire

QUÉBEC, le 19 juin 2020 /CNW Telbec/ - Le député de René-Lévesque et porte-parole du Parti Québécois en matière d'économie et de finances, Martin Ouellet, prend acte du Portrait de la situation économique et financière 2020-2021 déposé aujourd'hui par le ministre des Finances, Éric Girard. Il constate notamment que si la situation financière pour l'année en cours est très sérieuse, le Québec a néanmoins la capacité de retourner à l'équilibre budgétaire dans un horizon assez rapproché et de mettre en place des mesures de relance plus énergiques.

EN BREF

  • La relance économique pourrait être plus rapide que prévu, mais encore faut-il faire les bons choix.
  • Il faut d'abord s'assurer de bien gérer une éventuelle deuxième vague de la pandémie.
  • Le Québec a les moyens de mettre en place des mesures de relance plus énergiques.
  • Le gouvernement doit notamment privilégier l'aide directe aux PME.
  • Enfin, les données concernant les finances du Québec doivent être disponibles et à jour; il faut donc nommer un directeur parlementaire du budget, comme le propose le Parti Québécois.

La prévision du gouvernement, selon laquelle le Québec est en mesure de retourner à l'équilibre budgétaire d'ici cinq ans, est excessivement conservatrice. « Pour cette année, la chute dramatique du PIB et des revenus est certes impressionnante, mais le gouvernement prévoit lui-même une reprise rapide, et ce, dès l'an prochain. Ainsi, il est fort probable que le Québec retourne à l'équilibre budgétaire plus rapidement que le gouvernement le laisse entendre. Déjà, la chute du PIB - de 6,5 % - est moins aigüe que certains observateurs le prévoyaient plus tôt cette année, alors qu'on annonçait une contraction économique dépassant les 10 % », a fait valoir Martin Ouellet.

Celui-ci indique par ailleurs que le gouvernement a en main tous les outils pour assurer une relance économique efficace, intense et rapide, à condition, bien sûr, qu'il fasse les bons choix. « Premièrement, il ne faut pas perdre de vue que le nerf de la guerre, c'est la prévention et l'atténuation de la deuxième vague. En effet, si l'éventuel regain de la COVID-19 est bien maîtrisé, non seulement la santé des Québécois en bénéficiera et le nombre de décès sera minimisé, mais, en plus, la relance économique sera accélérée », a soutenu le député.

« Deuxièmement, a-t-il poursuivi, le gouvernement doit être plus audacieux et mettre en place des mesures économiques costaudes pour appuyer les entreprises; jusqu'ici, les mesures annoncées ont été plutôt timides et trop conventionnelles, prenant surtout la forme de prêts. Selon nous, la solution passe davantage par une aide directe, car chaque dollar investi pour sauver les PME engendrera des rentrées fiscales au cours des prochaines années. J'invite donc la CAQ à s'inspirer des propositions créatives qu'a faites le Parti Québécois pour stimuler l'économie : par exemple, aider directement les entreprises à s'adapter au télétravail accélérera la reprise économique, même dans l'éventualité d'une deuxième vague. Gardons en tête, aussi, que nous sommes devant une occasion de créer une relance économique plus nationaliste, plus verte, plus réfléchie », a insisté le député de René-Lévesque.

Finalement, le Parti Québécois estime que le gouvernement doit mettre des outils à la disposition du public, pour lui permettre de mieux saisir la situation financière du Québec. « Les crédits déposés par le président du Conseil du trésor sont aujourd'hui périmés; il doit absolument en déposer de nouveaux d'ici la fin août, afin que la population et les parlementaires aient accès à l'information précise concernant la façon dont sont dépensés les taxes et impôts payés par les Québécois. De plus, le gouvernement doit créer un poste de directeur parlementaire du budget, une idée de longue date du Parti Québécois que la CAQ soutenait dans l'opposition. Cela assurera une plus grande transparence, et nous permettra collectivement de mieux suivre l'évolution constante de la situation financière du Québec - rappelons-nous que l'an dernier, le gouvernement a, encore une fois, sous-estimé les surplus de un milliard de dollars! À ce sujet, d'ailleurs, j'ai déposé le 13 novembre dernier une motion que l'Assemblée nationale a adoptée à l'unanimité », a souligné Martin Ouellet.

Cision Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/June2020/19/c2936.html

Partager