Transports collectifs et lieux publics - Le Parti Québécois propose le port du masque obligatoire à Montréal

QUÉBEC, le 13 mai 2020 /CNW Telbec/ - Le député de Matane‑Matapédia, chef parlementaire du Parti Québécois et porte‑parole pour la métropole, Pascal Bérubé, souhaite que le gouvernement fasse preuve de leadership afin de protéger les citoyens de Montréal et de ses banlieues, plus touchés que la moyenne par la pandémie : le port du masque doit devenir obligatoire dans les transports collectifs et les lieux publics de Montréal.

EN BREF

  • Le gouvernement du Québec a le pouvoir de décréter le port obligatoire du masque.
  • Cette obligation devrait s'appliquer dans les transports collectifs et les lieux publics de Montréal.
  • Pour que la Ville de Montréal puisse distribuer des masques, elle a besoin de fonds pour en acquérir suffisamment.
  • Il est temps de faire preuve de leadership et de décaisser pour Montréal!
  • D'autres grandes villes du monde reçoivent cet appui de leur gouvernement; le Québec doit agir sans tarder.

C'est une évidence, il est trop tôt pour déconfiner Montréal. Le Parti Québécois est cependant d'avis que le maintien des mesures sanitaires doit s'accompagner du port du masque obligatoire dans les trains de banlieue, le métro et les autobus, ainsi que dans les lieux publics, pour atténuer les effets négatifs à long terme, et ce, tant sur le plan social, économique que financier. « Plusieurs arrondissements de Montréal - dont Montréal-Nord, Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, Ahuntsic-Cartierville, Mercier-Hochelaga-Maisonneuve et Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension - et certaines villes de banlieue, notamment Laval, doivent faire l'objet d'une attention particulière », a réclamé Pascal Bérubé.

Celui-ci insiste par ailleurs sur le fait que la métropole a pris en charge plusieurs dépenses liées à l'achat et à la distribution de matériel de protection, par exemple, alors qu'elle voit ses sources de revenu se tarir. « La Ville veut acheter des masques pour les distribuer aux citoyens, ce qui est tout à fait louable et à propos, vu la densité urbaine. Mais la colonne des revenus est dans le rouge : on perçoit moins d'argent en droits de mutation, en contraventions, en droits d'accès à divers attraits touristiques… sans compter que les revenus de la STM ont baissé de 85 % », a-t-il illustré. « Il est donc temps de décaisser pour notre métropole. Donnons les moyens à la Ville de Montréal d'acheter les masques qui sont requis pour protéger les Montréalais. »

« Chose certaine, on ne peut pas tout pelleter par en avant. Il faut donc de l'aide de Québec, et rapidement! J'invite la ministre responsable de la région de Montréal, Chantal Rouleau, à faire preuve de leadership et à mobiliser les ressources du gouvernement du Québec au service des Montréalais et des Montréalaises durement éprouvés actuellement », a conclu Pascal Bérubé.

Cision Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/May2020/13/c2886.html

Partager