Décès d'un travailleur de la Ferme Rive-Sud à Mont-Saint-Hilaire : la CNESST dévoile les conclusions de son enquête

SAINT-HYACINTHE, QC, le 29 oct. 2019 /CNW Telbec/ - La CNESST rend aujourd'hui publiques les conclusions de son enquête sur l'accident du travail ayant coûté la vie, le 10 avril 2019, à un travailleur de la Ferme Rive-Sud, à Mont-Saint-Hilaire.

Chronologie de l'accident

Le jour de l'accident, le travailleur avait pour tâche d'identifier et de réparer une défectuosité de l'écureur, un équipement agricole servant à l'évacuation du fumier. Pour ce faire, il s'est rendu dans un abri extérieur où des pièces en mouvement de l'écureur, soit des palettes entraînées par une chaîne, acheminent le fumier vers une structure d'entreposage en passant par une ouverture sous le mur. Pendant les travaux, le pantalon du travailleur s'est accroché à une palette en mouvement. Le travailleur a été entraîné vers l'ouverture du mur et il a alors été mortellement coincé entre l'une des palettes de l'écureur et le mur. Les secours ont été appelés sur les lieux et le décès du travailleur a été constaté sur place.

Causes de l'accident

L'enquête a permis à la CNESST de retenir deux causes pour expliquer l'accident :

  • Alors qu'il effectuait une recherche de défectuosité sur l'écureur en fonction, le travailleur a été entraîné par une pièce en mouvement et coincé mortellement dans une zone dangereuse ;
  • La gestion des travaux de réparation de l'écureur était déficiente, car aucune méthode de contrôle des énergies n'avait été mise en place.

À la suite de l'accident, la CNESST a exigé de l'employeur une procédure de cadenassage pour l'écureur. Elle a aussi demandé que l'employeur forme les travailleurs sur cette procédure et qu'il mette en place des moyens de contrôle pour son application. L'employeur s'est conformé à ces exigences.

Comment éviter un tel accident

La CNESST et la Fédération de l'Union des producteurs agricoles (UPA) de la Montérégie unissent leurs voix pour rappeler les mesures de prévention à prendre pour éviter les accidents liés à l'utilisation d'un écureur et d'autres équipements semblables à la ferme.

Pour prévenir ce genre d'accident, des solutions existent. Avant tout, il faut identifier les risques et mettre en place les moyens de les éliminer, sinon de les contrôler. Il est nécessaire de toujours cadenasser les équipements ou d'appliquer toute autre méthode de contrôle des énergies lors des opérations d'entretien, de réparation ou de déblocage pour éviter leur mise en marche accidentelle.

Par la loi, l'employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l'intégrité physique de ses travailleurs. Il a également l'obligation de s'assurer que l'organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l'accomplir sont sécuritaires.

Les travailleurs doivent faire équipe avec l'employeur pour repérer les dangers et mettre en place les moyens pour les éliminer ou les contrôler.

Suivis de l'enquête

La CNESST transmettra les conclusions de son enquête à l'UPA et à Cheval Québec afin que leurs membres en soient informés.

Liens utiles

Rapport d'enquête : http://www.centredoc.cnesst.gouv.qc.ca/pdf/Enquete/ed004240.pdf

Photo (libre de droits) | Source : CNESST :
http://www.cnesst.gouv.qc.ca/salle-de-presse/communiques/PublishingImages/ferme-rive-sud.JPG

Animation (libre de droits) : http://www.centredoc.cnesst.gouv.qc.ca/pdf/Enquete/ad004240.mp4

Pour plus d'information sur le contrôle des énergies lors de travaux d'entretien, de réparation ou de déblocage de machine ou d'équipement : cnesst.gouv.qc.ca/energies-dangereuses-machine.

La CNESST, votre porte d'entrée en matière de travail

La CNESST offre aux employeurs et aux travailleurs une porte d'entrée unique et une expertise intégrée en matière de normes du travail, d'équité salariale et de santé et de sécurité du travail. Sa structure de gouvernance est paritaire. Elle a notamment pour mission de gérer le Fonds de la santé et de la sécurité du travail, un fonds entièrement autofinancé dont elle est fiduciaire.

Pour plus d'information, visitez notre site Web à cnesst.gouv.qc.ca et suivez-nous sur Facebook (facebook.com/cnesst), Twitter (twitter.com/cnesst) et LinkedIn (linkedin.com/company/cnesst).

 

Source :

Héloïse Bernier-Leduc, responsable des communications

CNESST - Direction régionale de la Yamaska

Téléphone : 450 771-3900, poste 3960

 

Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/October2019/29/c8496.html

Partager