Décès par asphyxie d'un travailleur de Solutions d'Air Nortek Québec inc. : la CNESST dévoile les conclusions de son enquête

MONTRÉAL, le 19 sept. 2019 /CNW Telbec/ - La CNESST rend aujourd'hui publiques les conclusions de son enquête sur l'accident du travail ayant coûté la vie, le 23 janvier 2019, à M. Gilles Morel, chef d'équipe du département mousse pour Solutions d'Air Nortek Québec inc., à l'usine située dans l'arrondissement d'Anjou, à Montréal.

Chronologie de l'accident

Au moment de l'accident, M. Morel s'affairait au remplissage des réservoirs de matières premières du procédé de polyuréthane dans la chambre des réservoirs. Cette chambre des réservoirs, de même que la mezzanine sur laquelle elle se trouve, a été construite dans le cadre du projet d'agrandissement de l'usine, en 2018, pour y accueillir une partie du procédé de polyuréthane. Les travaux sur la mezzanine ont été achevés en janvier 2019 avec l'installation d'un bassin de rétention sous la chambre des réservoirs.

Pendant la procédure de purge de l'azote des réservoirs, étape préliminaire au remplissage, M. Morel s'est retrouvé, en l'espace de quelques minutes, dans une atmosphère appauvrie en oxygène. Un collègue l'a trouvé au sol, inconscient. Les services d'urgence ont été appelés sur les lieux et M. Morel a été transporté au centre hospitalier, où son décès a été constaté.

Causes de l'accident

L'enquête a permis à la CNESST de retenir deux causes pour expliquer l'accident :

  • La purge de l'azote contenu dans les réservoirs a rendu l'atmosphère dans la chambre dangereuse pour la vie humaine. L'azote est un asphyxiant simple, c'est-à-dire qu'il a comme propriété de chasser l'air ambiant et l'oxygène qu'il contient. Lorsque sa concentration excède la proportion contenue dans l'atmosphère terrestre, l'air ambiant se transforme en environnement asphyxiant.
  • La gestion des risques liés à l'azote dans le cadre du projet de réaménagement du procédé de polyuréthane était déficiente. En effet, lorsque le plancher a été scellé lors de l'installation du bassin de rétention, la chambre des réservoirs est devenue un espace confiné où était purgée une quantité d'azote suffisante pour créer une atmosphère asphyxiante.

À la suite de l'accident, la CNESST a interdit les travaux de remplissage des réservoirs de matières premières. Cette interdiction a été levée après que l'employeur a mis en place des mesures de prévention éliminant les risques d'asphyxie dans la chambre des réservoirs.

Comment éviter un tel accident

Pour prévenir les accidents à la suite de travaux de modification des lieux de travail, des solutions existent, notamment :

  • s'assurer que les travaux sont supervisés par une personne ayant les compétences nécessaires en fonction des risques présents ;
  • effectuer une inspection des équipements et de leur installation préalablement au redémarrage des équipements et des procédés ;
  • effectuer une analyse et la mise à jour des procédures de travail touchées par le réaménagement.

Par la loi, l'employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l'intégrité physique de ses travailleurs. Il a également l'obligation de s'assurer que l'organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l'accomplir sont sécuritaires.

Les travailleurs doivent faire équipe avec l'employeur pour repérer les dangers et mettre en place les moyens pour les éliminer ou les contrôler.

Suivis de l'enquête

La CNESST transmettra les conclusions de son enquête aux associations sectorielles paritaires et aux gestionnaires de mutuelles de prévention afin que leurs membres en soient informés.

Liens utiles

Rapport d'enquête : http://www.centredoc.cnesst.gouv.qc.ca/pdf/Enquete/ed004235.pdf

Photo (libre de droits) | Source : CNESST :
http://cnesst.gouv.qc.ca/salle-de-presse/PublishingImages/NORTEK.jpg

Animation (libre de droits) : http://www.centredoc.cnesst.gouv.qc.ca/pdf/Enquete/ad004235.mp4

La CNESST, votre porte d'entrée en matière de travail
La CNESST offre aux employeurs et aux travailleurs une porte d'entrée unique et une expertise intégrée en matière de normes du travail, d'équité salariale et de santé et de sécurité du travail. Sa structure de gouvernance est paritaire. Elle a notamment pour mission de gérer le Fonds de la santé et de la sécurité du travail, un fonds entièrement autofinancé dont elle est fiduciaire.

Pour plus d'information, visitez notre site Web à cnesst.gouv.qc.ca et suivez-nous sur Facebook (facebook.com/cnesst), Twitter (twitter.com/cnesst) et LinkedIn (linkedin.com/company/cnesst).

 

Source :

Josée Dussault, responsable des communications
CNESST - Direction régionale de Montréal de la prévention-inspection
Téléphone : 450 967-3200, poste 3280

 

Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/September2019/19/c5805.html

Partager