Un opérateur atteint mortellement par des morceaux de verre : la CNESST dévoile les conclusions de son enquête

QUÉBEC, le 23 mai 2019 /CNW Telbec/ - La CNESST rend aujourd'hui publiques les conclusions de son enquête sur l'accident du travail ayant coûté la vie à un opérateur de l'entreprise Papiers White Birch le 13 octobre 2018, à Québec.

Chronologie de l'accident

Le jour de l'accident, l'opérateur se trouvait au poste de coloration et s'affairait à vider le colorant d'un réservoir de mesure vers un réservoir d'alimentation. Pour ce faire, il a raccordé un boyau d'air comprimé à l'évent (canal d'aération) du réservoir de mesure, forçant ainsi le retour du colorant vers le réservoir d'alimentation. C'est en ouvrant partiellement la valve, afin de laisser passer le colorant, que la vitre du réservoir de mesure a éclaté. Le travailleur a alors été atteint par les morceaux de verre projetés. Les secours ont été appelés sur les lieux et le travailleur a été transporté au centre hospitalier, où son décès a été constaté.

Causes de l'accident

L'enquête a permis à la CNESST de retenir deux causes pour expliquer l'accident :

  • La pression induite sur le verre par l'air comprimé et le colorant dans le réservoir de mesure a entraîné le dépassement de la résistance à la rupture du verre et provoqué son éclatement en plusieurs morceaux, qui ont atteint le travailleur mortellement;
  • L'absence d'un moyen pour vider le réservoir et de directive à suivre lorsqu'un réservoir de mesure se remplit au-delà de la quantité voulue a entraîné l'improvisation d'une méthode de travail qui a exposé le travailleur à un danger.

À la suite de l'accident, la CNESST a défendu à l'employeur l'utilisation du système de coloration et a exigé l'inspection complète de celui-ci. La CNESST a également interdit l'emploi de l'air comprimé pour évacuer le colorant d'un réservoir de mesure. Enfin, une interdiction de vider les réservoirs de mesure autrement que par le moyen prévu pour des fins de préparation des recettes a été émise, jusqu'à ce que l'employeur élabore une méthode de travail sécuritaire. L'employeur s'est conformé à ces exigences.

Comment éviter un tel accident

L'utilisation de l'air comprimé dans les établissements ne doit pas être laissée à la discrétion des travailleurs. L'employeur est responsable d'établir les méthodes de travail sécuritaires propres à chacune des utilisations.  

La CNESST rappelle que tout employeur doit prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l'intégrité de ses travailleurs. Il a également l'obligation de s'assurer que l'organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l'accomplir sont sécuritaires.

L'employeur et les travailleurs doivent faire équipe pour repérer les dangers et mettre en place les moyens pour les éliminer ou les contrôler.

Suivis de l'enquête

La CNESST transmettra les conclusions de son enquête à l'association sectorielle des industries de la forêt, des pâtes et papiers et de la transformation du bois (Prévibois) afin que ses membres en soient informés.

Liens utiles

Rapport d'enquête : http://www.centredoc.cnesst.gouv.qc.ca/pdf/Enquete/ed004223.pdf

Pour plus d'information sur la prise en charge de la santé et la sécurité du travail : www.cnesst.gouv.qc.ca/priseencharge

La CNESST, votre porte d'entrée en matière de travail

La CNESST offre aux employeurs et aux travailleurs une porte d'entrée unique et une expertise intégrée en matière de normes du travail, d'équité salariale et de santé et de sécurité du travail. Sa structure de gouvernance est paritaire. Elle a notamment pour mission de gérer le Fonds de la santé et de la sécurité du travail, un fonds entièrement autofinancé dont elle est fiduciaire.

Pour plus d'information, visitez notre site Web à cnesst.gouv.qc.ca et suivez-nous sur Facebook (facebook.com/cnesst), Twitter (twitter.com/cnesst) et LinkedIn (linkedin.com/company/cnesst).

 

Source :

Alexandra Houde, responsable des communications
CNESST - Direction régionale de la Capitale-Nationale
Téléphone : 418 266-4000, poste 4162

 

Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/May2019/23/c8652.html

Partager