Pandémie de la COVID-19 - Mise en place d'un nouveau plan de diagnostic visant à mieux connaître les milieux où circule le virus

QUÉBEC, le 1er mai 2020 /CNW Telbec/ - Les autorités de santé publique du Québec annoncent aujourd'hui la mise en place d'un nouveau plan de diagnostic des cas de COVID-19. Cette stratégie vise à augmenter l'accès aux diagnostics de la COVID-19 dans la population générale, qui viennent s'ajouter au dépistage en milieu de soins préconisé jusqu'à maintenant. D'abord, une offre de tests sera fixée par région, en fonction du profil épidémiologique de chacune d'entre elles, selon une allocation quotidienne d'analyses à effectuer. Les régions où l'on observe la plus haute densité de transmission communautaire recevront au départ un total de 80 % des analyses disponibles.

Dès le 4 mai, toute personne qui a des symptômes s'apparentant à ceux de la COVID-19 devra appeler la ligne 1 877 644-4545, où on procédera à une évaluation de sa condition afin de lui octroyer un rendez-vous dans une clinique désignée de dépistage (CDD), s'il y a lieu, ou une clinique désignée d'évaluation (CDÉ). En fonction de l'allocation régionale, les CDD fourniront un nombre de plages disponibles dans les 24 heures pour un prélèvement. Ceci permettra un accès rapide au test, sans retard des analyses.

En ce qui concerne les demandes qui n'auraient pas pu être traitées par une CDD dans un délai de 24 heures, celles-ci seront référées aux CDÉ. Ces cliniques seront en relation avec les directions de santé publique pour soutenir la gestion des éclosions et des enquêtes. Elles seront responsables de fournir les diagnostics cliniques sans test et de rapporter les cas de maladie à déclaration obligatoire. Les patients pourront également y recevoir des conseils quant aux mesures de prévention, d'isolement et de gestion des contacts étroits à mettre en place, de même que les formulaires d'absence et de retour au travail.

Jusqu'à maintenant, 220 000 tests ont été réalisés au Québec. Actuellement, 6 000 tests par jour sont effectués, et l'objectif est d'augmenter à 14 000 tests quotidiens à la fin de la semaine prochaine, dont 7 000 tests pour les patients hospitalisés, les résidents des milieux de soins, le personnel de la santé et les milieux de vie où logent des personnes aînées. Une capacité de 6 000 autres tests sera attribuée aux personnes symptomatiques de la population générale. Une réserve de 1 000 tests servira pour sa part à intervenir rapidement en cas d'éclosion ou de situation particulière. Au total, ce seront près de 100 000 tests qui seront réalisés par semaine.

Citation 

« Avec cette nouvelle approche, mieux adaptée à la situation telle qu'elle évolue actuellement ainsi qu'au contexte de déconfinement progressif qui s'amorce, nous nous dotons d'une stratégie de diagnostic massif qui nous permettra d'avoir une meilleure mesure de la transmission communautaire. Nous avons la capacité d'augmenter la quantité de tests réalisés quotidiennement, et nous entendons l'utiliser à bon escient, en nous efforçant de détecter les cas le plus rapidement possible, notamment lors d'éventuelles éclosions qui pourraient se manifester dans les divers milieux qui seront bientôt déconfinés. »

Horacio Arruda, directeur national de la santé publique

Nouvelles priorités de dépistage :

Dans le cadre de cette nouvelle stratégie, les priorités de diagnostic ont été revues, et sont désormais réparties par groupes, soit :

  • G1 : Les patients symptomatiques hospitalisés ou qui nécessitent des soins réguliers en milieux hospitaliers, notamment les patients hospitalisés symptomatiques (incluant les tests requis pour la levée d'isolement), les patients symptomatiques des unités d'hémodialyse, les patients symptomatiques à l'urgence dont l'état justifie une hospitalisation ou qui présentent des facteurs de risque de complications, les femmes enceintes symptomatiques au 3e trimestre et les personnes devant accompagner une femme à un accouchement, lorsque symptomatique à la fin de la grossesse;
  • G2 : Les professionnels de la santé symptomatiques en contact direct avec les patients, incluant les services ambulanciers, dont le retrait causerait un bris de service (incluant les tests requis pour les mesures de retour au travail);
  • G3 : Les usagers et le personnel dans des milieux d'hébergement tels que les CHSLD, les RPA et les RI-RTF, dès qu'un nouveau cas positif non isolé est identifié, à la sortie des usagers d'un centre hospitalier qui sont dirigés vers un milieu de vie comme un CHSLD, RPA, RI-RTF, les personnes symptomatiques habitant dans d'autres milieux à risque (ex : refuges pour itinérants, RI, etc.) et dans des milieux de vie hébergeant des personnes âgées (plus de 70 ans) sur recommandation du directeur régional de santé publique.
  • G4 : Les personnes symptomatiques de toutes les communautés (incluant les milieux en réouverture : écoles, milieux de garde, manufactures, mines, construction, etc.);
  • G5 : Les premiers répondants ou travailleurs du système de sécurité publique (ex. : policiers et pompiers, agents des services correctionnels) et autres travailleurs symptomatiques fournissant des services jugés critiques/essentiels;
  • G6 : Les contacts étroits des cas, symptomatiques ou asymptomatiques, selon les directives du directeur de santé publique et le dépistage dans des milieux spécifiques en fonction du déconfinement (écoles, milieu de travail, etc.), selon les directives du directeur de santé publique.

Les prochaines étapes de déploiement de ce nouveau plan de dépistage sont les suivantes :

  • répartition de la capacité diagnostique entre les CDD, dont un déploiement de centrales de rendez-vous et de communications pour la population dès le 3 mai;
  • développement sous peu de nouvelles méthodes de prélèvement pour réduire les besoins en ressources humaines et matérielles, par exemple les prélèvements par expectoration, qui évitent l'utilisation d'écouvillons, dont l'approvisionnement est parfois difficile.

Rappelons que les CDÉ ont été mises en place depuis le début du mois d'avril. Leur mission est de procéder à l'évaluation médicale de tout patient qui présente des symptômes qui s'apparentent à la COVID-19, incluant les symptômes d'allure grippale (SAG) et de gastro-entérite pour lesquels il doit recevoir des soins de santé en première ligne, et de procéder aux services de dépistage.

Lien connexe :

Pour en savoir davantage sur la COVID-19 et les différentes mesures mises en place par le gouvernement du Québec : Québec.ca/coronavirus.

Cision Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/May2020/01/c3262.html

Share