Lutte contre le harcèlement psychologique ou sexuel - Le ministre Jean Boulet invite les associations et organismes à agir

QUÉBEC, le 11 oct. 2019 /CNW Telbec/ - Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie, M. Jean Boulet, invite les associations d'employeurs et de travailleurs ainsi que les autres organismes admissibles à participer au troisième appel de projets du Programme visant la lutte contre le harcèlement psychologique et sexuel dans les milieux de travail.

Créé en 2018, ce programme vise à soutenir les associations d'employeurs et de travailleurs et les organismes admissibles qui souhaitent développer des projets favorisant des climats de travail exempts de harcèlement psychologique ou sexuel. Depuis sa création, 31 projets ont été appuyés. Les deux volets du programme bénéficient d'une enveloppe annuelle de 1 million de dollars jusqu'en 2020.

Quel type de projet ?
Les projets admissibles peuvent, par exemple, permettre d'accroître les connaissances générales des travailleurs et des employeurs sur le harcèlement au travail ou offrir un accompagnement si des travailleurs et des employeurs font face à une situation de harcèlement au travail. L'aide financière octroyée peut couvrir jusqu'à 90 % des dépenses admissibles, jusqu'à concurrence de 90 000 $.

Le programme se divise en deux volets :

  • Le Programme d'aide au respect des normes touchant le harcèlement psychologique ou sexuel au travail, destiné aux associations et organismes œuvrant auprès des employeurs (volet employeurs);
  • Le Programme d'aide à la sensibilisation des travailleurs en matière de harcèlement psychologique ou sexuel au travail, destiné aux associations et organismes œuvrant auprès de personnes salariées, de travailleurs autonomes, d'artistes ou de travailleurs de la culture (volet travailleurs).

Nouveauté cette année : les associations et organismes à portée régionale pourront déposer un projet pour le volet employeurs du programme. Également, à la demande des associations et organismes, ceux-ci auront huit semaines, plutôt que cinq, pour déposer un projet. La date limite pour soumettre un projet est le 6 décembre 2019.

Citation :

« Investir dans la prévention du harcèlement psychologique ou sexuel, c'est assurer un milieu de travail sain qui favorise une meilleure productivité et la rétention du personnel. Les organismes admissibles et les associations d'employeurs et de travailleurs ont l'occasion d'agir concrètement en faveur du bien-être des travailleuses et travailleurs. Je les encourage fortement à participer. »

Jean Boulet, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie

Faits saillants :

  • Le ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale est responsable du programme. La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) veille à son administration.
  • Pour le volet employeurs, les organismes admissibles sont :
    • les associations d'employeurs légalement constituées comme organismes sans but lucratif et actives à l'échelle québécoise et régionale;
    • les fédérations de coopératives sectorielles ou multisectorielles légalement constituées et reconnues comme étant exploitées à des fins non lucratives et actives à l'échelle québécoise ou régionale.
    • Un organisme admissible peut s'associer à un partenaire formé d'un autre organisme admissible ou d'un organisme sans but lucratif œuvrant auprès de clientèles visées par la Loi sur les normes du travail.
  • Pour le volet travailleurs, les organismes admissibles sont :
    • les associations de travailleuses et travailleurs constituées comme organismes à but non lucratif;
    • les ordres professionnels constitués conformément au Code des professions;
    • les fédérations de coopératives de travailleurs ou de solidarité sectorielles ou multisectorielles exploitées à des fins non lucratives;
    • les organismes sans but lucratif dont la mission englobe la problématique du harcèlement psychologique ou sexuel en milieu de travail.
  • Pour connaître l'ensemble des conditions d'admissibilité, visitez le site Web de la CNESST.

 

Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/October2019/11/c0324.html

Partager