Mise à jour économique - Beaucoup d'attentes, mais bien peu de mesures concrètes

QUÉBEC, le 3 déc. 2018 /CNW Telbec/ - Le porte-parole de l'opposition officielle en matière de finances, M. Carlos J. Leitão, et le porte-parole pour le Conseil du trésor et porte-parole en matière de transports, M. Gaétan Barrette, ont réagi aujourd'hui à la première mise à jour économique du gouvernement.

Compte tenu de la situation économique et financière, les Québécoises et Québécois étaient en droit de s'attendre à ce que le gouvernement respecte ses engagements en matière de diminution du fardeau fiscal et de réinvestissement dans les services. Ce que l'on retrouve aujourd'hui, c'est beaucoup pour les entreprises, mais rien pour améliorer les services, notamment en éducation, qui devait être leur grande priorité.

Tout comme dans le discours inaugural, de nombreux autres secteurs sont aussi oubliés dans l'énoncé économique :

  • Aucune mention des enjeux sociaux;
  • Rien pour nos agriculteurs;
  • Rien pour le personnel du réseau de la santé et services sociaux;
  • Rien pour l'industrie de la Forêt;
  • Rien pour les municipalités pour lesquelles tous les partis se sont engagés à verser un point de TVQ.

Familles

Pour les familles du Québec, c'est une autre déception :

  • Allocations familiales bonifiées de 500 $ à partir du 2e enfant, alors qu'ils avaient promis 1 200 $;
  • Gel des tarifs actuels de garderie, alors qu'ils s'étaient engagés à un tarif unique à 8,05 $ par jour;
  • Rien sur l'arrimage des taxes scolaires promis.

Environnement

La Coalition avenir Québec a démontré peu de sensibilité pour l'environnement. On en a la preuve une fois de plus aujourd'hui. Alors que s'ouvre aujourd'hui la COP24, nous attendions que cette mise à jour envoie un signal fort sur l'importance de lutter contre les changements climatiques. L'enjeu est urgent, mais la mise à jour contenait seulement une mesure pour le prolongement d'une aide pour l'achat de véhicules électriques. Nous avions fait des suggestions de mesures concrètes avec des impacts rapides, soit la bonification du programme RénoVert et des investissements dans les usines de recyclage et biométhanisation. Le gouvernement les a rejetées du revers de la main. Par ailleurs, le ministre des Finances reconnaît que nous avions pris les moyens nécessaires pour réduire les émissions de GES, contrairement au premier ministre et à sa collègue de l'environnement.

Infrastructures

Une multitude de projets d'infrastructures, des classes de maternelles aux nouveaux hôpitaux, en passant par le prolongement d'autoroutes, ont été annoncés lors de la dernière campagne électorale. Pour les respecter, le gouvernement devait bonifier l'enveloppe octroyée au Plan québécois des infrastructures (PQI). Aujourd'hui, nous avons la confirmation que le PQI ne sera pas augmenté. Ainsi, le gouvernement doit être transparent et identifier quels projets déjà annoncés seront annulés ou suspendus.

« Nous avons laissé une situation économique enviable au gouvernement et aujourd'hui, François Legault ne parvient pas à utiliser les surplus budgétaires que nous avons laissés à bon escient. C'est une mise à jour aux priorités déséquilibrées. C'est une mise à jour qui favorise les entreprises, mais pas les services. Il est d'autant plus inquiétant de voir la CAQ liquider le Fonds des générations aussi rapidement. »

Carlos J. Leitão, porte-parole de l'opposition officielle en matière de finances

« Avec des promesses non chiffrées aux Québécoises et Québécois en campagne électorale, c'est aux commandes que l'on constate que l'équipe de François Legault a gonflé les attentes et devra reculer sur ses engagements. Ils ont promis plus, ils ont promis mieux, nous n'avons ni un ni l'autre aujourd'hui. »

Gaétan Barrette, porte-parole pour le Conseil du trésor et porte-parole en matière de transports

 

Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/December2018/03/c5228.html

Partager