Politique bioalimentaire 2018-2025 - La Chaudière-Appalaches, région bioalimentaire - Alimenter notre monde

SAINT-MALACHIE, QC, le 25 avril 2018 /CNW Telbec/ - Le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, M. Laurent Lessard, a dévoilé le 6 avril dernier, en présence du premier ministre du Québec, M. Philippe Couillard, la Politique bioalimentaire gouvernementale 2018-2025 -- Alimenter notre monde. De portée gouvernementale, elle permettra d'assurer la stabilité et la prospérité de ce grand secteur regroupant l'agriculture, les pêches, l'aquaculture, la transformation alimentaire, la distribution, la commercialisation, la restauration et les services alimentaires. Dans la foulée de ce lancement, la députée de Bellechasse, ministre responsable du Travail et ministre responsable de la région de la Chaudière-Appalaches, Mme Dominique Vien, tient à rappeler l'importance du secteur bioalimentaire pour cette région.

L'industrie bioalimentaire de la région de la Chaudière-Appalaches, avec ses 34 000 emplois et près de 1,6 milliard de dollars de PIB, génère 7 % de tous les emplois et contribue à hauteur de 11 % à son économie. Dans cette région, plus de 5 460 entreprises de productions agricoles génèrent 17 % des recettes agricoles du Québec et fournissent 8 600 emplois. Les 180 entreprises de transformation emploient plus de 6 600 personnes et la valeur des livraisons manufacturières d'aliments transformés atteint plus de 3 milliards de dollars.

Pour continuer d'appuyer ce secteur stratégique, la Politique bioalimentaire repose sur deux ambitions. La première consiste à maintenir un haut niveau de confiance des consommateurs. Cette confiance est notamment influencée par la réponse à leurs demandes et à leurs attentes ainsi que par l'information accessible sur l'alimentation et ses effets sur la santé. La seconde est de développer un secteur bioalimentaire prospère et durable. La prospérité résulte de la capacité à réussir et à progresser en tenant compte des besoins des générations actuelles et futures.

Citations

« Au terme d'une démarche préparatoire novatrice et mobilisatrice de plusieurs mois, nous sommes parvenus à développer une vision commune afin de répondre aux besoins du secteur et aux attentes de la société. La coconstruction de la Politique avec les partenaires du secteur bioalimentaire lui procure une large adhésion et la rend plus solide. En misant sur l'offre alimentaire, la prospérité économique, la production responsable et la vitalité des territoires, elle représente une stratégie à long terme pour alimenter notre monde. J'invite chaque Québécois et chaque Québécoise à se l'approprier. »

M. Laurent Lessard, ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation

« La Politique bioalimentaire était très attendue par les acteurs de la filière alimentaire, des producteurs jusqu'aux consommateurs. Nous avons maintenant des orientations claires qui tiennent compte des attentes des acteurs du secteur bioalimentaire et de la population. Nous nous sommes dotés d'un outil très précieux pour faire face aux défis de l'avenir, mais également pour appuyer les artisans de l'industrie qui contribuent à la création de la richesse et au rayonnement du savoir-faire québécois. Ce faisant, le gouvernement stimule les investissements bioalimentaires en région et contribue au développement du secteur bioalimentaire de la région de la Chaudière-Appalaches. »

Mme Dominique Vien, députée de Bellechasse, ministre responsable du Travail et ministre responsable de la région de la Chaudière-Appalaches

Faits saillants

Le bioalimentaire québécois en chiffres (2017) :

  • Un PIB de 25,4 milliards de dollars (8 % du total québécois);
  • Quelque 510 000 emplois : 12 % de l'emploi total au Québec et au moins 10 % de l'emploi dans 12 des 17 régions;
  • Des investissements de 1,7 milliard de dollars (5 % du total au Québec);
  • Des exportations de 8,8 milliards de dollars (10 % du total québécois) et des importations de 7 milliards de dollars (9 % du total au Québec);
  • 57 000 emplois et 28 000 exploitations agricoles générant des recettes monétaires de 8,8 milliards de dollars (15 % du total canadien);
  • 3 700 emplois dans les pêches et l'aquaculture commerciales, avec une valeur totale des captures de 352 millions de dollars;
  • 70 000 emplois dans les 2 400 établissements de transformation alimentaire, avec des livraisons manufacturières de 29,0 milliards de dollars (25,2 % du total canadien);
  • 379 000 emplois dans les commerces et les services alimentaires, avec des ventes de près de 45 milliards de dollars.

À l'horizon 2025, les trois défis que la Politique bioalimentaire compte relever sont :

  • de répondre aux attentes des consommateurs à l'égard de la santé et de l'environnement;
  • d'accroître les activités des secteurs de production, des pêches et de transformation alimentaire au Québec;
  • d'accroître la présence des produits bioalimentaires d'ici sur les marchés du Québec, du Canada et de l'étranger.

Liens connexes

 

Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/April2018/25/c3526.html

Partager