Crédits budgétaires 2014-2015, volet Habitation - Encore une fois, le gouvernement laisse tomber les personnes les plus vulnérables

QUÉBEC, le 25 juin 2014 /CNW Telbec/ - La députée d'Hochelaga-Maisonneuve et porte-parole de l'opposition officielle en matière d'habitation, Carole Poirier, dénonce les coupes libérales dans les différents programmes d'aide à l'amélioration de l'habitat qui toucheront notamment les personnes handicapées et les ménages à revenu modique vivant en milieu rural.

En effet, l'étude des crédits budgétaires du volet Habitation a révélé que le budget du Programme d'adaptation de domicile (PAD) pour les personnes handicapées serait réduit des deux tiers, et celui du programme RénoVillage, pour l'aide à la rénovation en région, amputé de moitié.

« C'est très inquiétant. On parle de coupes totales de 28 millions de dollars, dont 19 millions seulement pour le Programme d'adaptation de domicile. Le Parti Québécois avait agi pour diminuer les temps d'attente pour bénéficier de ce programme. Les compressions risquent donc de prolonger de nouveau ces délais. Combien de personnes handicapées seront pénalisées? Le ministre Pierre Moreau a avoué n'avoir réalisé aucune étude d'impact préalable. Il n'a donc aucune idée des conséquences directes de ces coupes sur la vie des personnes qui attendent une aide pour adapter leur domicile à leur condition physique », a déclaré Carole Poirier.

Des actions concrètes
Rappelons que le gouvernement du Parti Québécois avait fait de l'aide aux personnes les plus vulnérables une priorité. En novembre 2013, le député de Jonquière, alors ministre des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire, ministre des Transports et ministre responsable de la Société d'habitation du Québec, Sylvain Gaudreault, avait annoncé une modification au PAD permettant de diminuer le délai de traitement de certaines demandes. Le délai moyen était ainsi passé de 45 mois en 2006‑2007 à 26 mois en 2012‑2013.

« Encore une fois, le gouvernement libéral laisse tomber les personnes les plus vulnérables. Ses décisions budgétaires compromettent sérieusement l'amélioration de la qualité de vie des ménages à faible revenu en milieu rural et celle des personnes handicapées, desservant au passage le soutien à la quête d'autonomie de ces dernières », a conclu la porte-parole.

 

Partager